Écoutez cet article

La Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) ne comprend toujours pas comment Beni et Butembo ont été écartés des élections du 30 décembre.

« Si nous pouvons considérer que nous sommes devant un cas de force majeure à Yumbi, les raisons évoquées pour Beni et Butembo nous paraissent pour les moins étonnantes. Qu’est-ce qui est intervenu pour que les assurances données par le ministre de la Santé sur le contrôle de la situation pendant le vote tombent caduques ? Qu’est ce qui s’est passé pour que ceux qui pouvaient voter le 23 décembre soient considérés le 26 décembre comme dangereux pour le vote du 30 décembre ? », disent les évêques dans un communiqué.

Pour la CENCO, cette décision est grave de conséquences.

« La Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) trouve cette position politique très grave et lourde de conséquences étant donné qu’elle prive à plus d’un million de compatriotes le droit d’exprimer leur vote pour le futur président de la République. Elle ne contribue pas à décrisper le climat politique à la veille des élections qui doivent sortir le pays de la crise », ajoute la CENCO.

Par ailleurs, la CENCO et l’Eglise du Christ au Congo (ECC) organisent, ce samedi 29 décembre, des cultes œcuméniques dans plusieurs villes de la RDC. A Kinshasa, la messe se fera à la Cathédrale Notre Dame du Congo à 11h00′.

actualite.cd

SOMBA,TEKA Ofele

1 COMMENTAIRE

  1. Nous sommes conscients de ça mais l’église doit être au milieu du village. Des interrogations pareilles n’arragent pas de choses au contraire allument le feu. Prions que les choses aient à la merveille.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici