Le secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) a, une fois de plus, fustigé l’attitude de leur allié au sein de la coalition au pouvoir, le Front Commun pour le Congo (FCC).

À en croire Augustin Kabuya, les membres de cette plateforme du gouvernement, dont l’autorité morale est l’ancien président Joseph Kabila, ne sont pas sincères dans leurs démarches.

Déclaration faite par le numéro deux du parti présidentiel ce vendredi 14 août 2020 à l’occasion de l’ouverture de la conférence-atelier organisée par les jeunes du parti, en marge de la célébration de la journée la jeunesse de l’UDPS.

“Nous sommes dans une coalition, vous savez dans quelles circonstances nous avons formé cette coalition. Mais malheureusement je peux vous le dire personnellement je suis déçu par rapport au comportement de nos partenaires. Ils ne sont pas sincères dans leur comportement. Si le chef de l’État n’avait pas cette bonne éducation, cette histoire allait s’arrêter dès le premier mois que nous nous sommes retrouvés ensemble”, a déclaré Augustin Kabuya.

Pour rappel, le climat au sein de la coalition FCC-CACH a souvent été tendu. Depuis la mise en place de cette coalition, plusieurs crises se sont déjà déclenchées conduisant les deux camps de menacer de claquer la porte.

Les dernières crises en date sont celles liées à l’entérinement de Ronsard Malonda par l’Assemblée nationale comme président de la CENI pour le compte des confessions religieuses et les propositions de loi Minaku-Sakata sur la réforme de la justice.

Pour exprimer son désaccord suite à ces deux faits, l’UDPS avait organisé une marche de protestation le 9 juillet dernier à Kinshasa ainsi que dans plusieurs villes du pays. Des manifestations qui avaient occasionné des dégâts matériels et pertes en vies humaines.

Malgré ces tensions, le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avait déclaré que la fin de la coalition FCC-CACH n’était pas à l’ordre du jour.

“L’essentiel est de regarder d’abord les intérêts du pays et je crois que les uns et les autres sont conscients de cette prise en compte [des intérêts du pays ndlr]. Donc, nous allons finir par trouver des solutions (…) Ce que je peux vous assurer en tout cas ce que nous n’allons pas vers une rupture de la coalition. Ça c’est certain. D’ailleurs en ce moment, il y a des délégués des deux camps qui se voient, qui discutent pour essayer de déblayer le chemin et de voir de nouveau les conditions de pouvoir regarder dans la même direction”, avait déclaré Félix Tshisekedi le 16 juillet dernier à Brazzaville.

Jephté Kitsita

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici