Les mouvements citoyens Lutte pour le Changement (LUCHA) et ECCHA se sont dits “satisfaits” du verdict rendu, le samedi 20 juin 2020 dans le procès 100 jours au sujet des maisons préfabriquées.

Pour la LUCHA, “les juges ont conduit les audiences d’une manière équitable en respectant les droits des parties” et c’est un acte qui augure une voie d’une justice qui veut réconcilier le peuple avec son histoire politique.

“Ce jugement est un signal remarquable adressé aux autres prédateurs qui pensent qu’ils doivent continuer à détourner et à voler les deniers publics”, a dit Bienvenu Matumo, un des militants de la LUCHA à 7SUR7.CD, qui encourage par ailleurs les condamnés à faire appel au second degré s’ils ne sont pas satisfaits du jugement du 1er degré.

Tout en qualifiant le jugement “d’une sévérité inflexible”, ECCHA-RDC, encourage la justice à poursuivre les autres personnalités impliquées directement ou indirectement dans les crimes commis pendant le régime de Joseph Kabila et Félix Tshisekedi pour l’avènement véritable de l’Etat de droit”

“C’est un jugement digne, pertinent et d’une sévérité inflexible, qui est un signal remarquable vers la fin de l’impunité. Nous sommes fiers de ce nouveau vent qui souffle dans la justice RD Congolaise”, a déclaré le coordonnateur permanent chargé des actions et de
la mobilisation.

Vital Kamerhe, directeur de cabinet du chef de l’État et son allié au pouvoir a écopé entre autres de 15 ans de prison pour corruption et 20 ans des travaux forcés pour détournement des deniers publics.

Ange Makadi Ngoy

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici