Ecoutez cet article

L’Union Sacrée pour la Nation ne fera pas l’exception, en ce qui concerne la gestion des ambitions de ceux qui ont participé à sa réussite et qui désormais réclament une juste récompense pour les services rendus. Le Professeur Bahati en est l’artisan par excellence. D’abord, parce qu’il est ambitieux. Il planifie bien ses actions et entend que son travail soit payé avec une juste rémunération. Pour bien comprendre sa démarche, il faut remonter un peu aux élections de 2018 où il était l’un des mentors du FCC qu’il a porté sur les fonts baptismaux. La suite, on la connaît. Le Candidat Shadari du FCC mord la poussière aux élections et c’est Tshisekedi qui est élu Président. Seulement, le FCC a pris soins, avec les résultats qu’on connait des législatives, d’entourer Fatshi d’une fine toile qui gênait tous ses mouvements en s’arrogeant une majorité écrasante au Parlement et au Sénat. Ce sont les membres du FCC qui tirent les ficelles et qui distribuent les postes. Et Bahati n’entre pas dans leurs visions. Ses réclamations le mettent en difficulté avec la hiérarchie du FCC qui n’apprécie pas ses ambitions. Il entre en compétition avec elle et perd.

Mais, Bahati sait se montrer patient. Il avait compris que le genre de pouvoir que détenait le FCC finirait par s’effriter. Il jette alors son dévolu sur le Président de la République qui est loin de montrer la vigueur dont il fait preuve aujourd’hui au début de son mandat ; il doit jouer le profil bas pour s’accommoder aux conditions humiliantes que lui impose le FCC. Qu’à cela ne tienne, l’Autorité Morale de l’AFDC avait misé sur le bon cheval et s’est préparé à récupérer le fruit de son travail de fourmi qui lui a permis d’avoir une quarantaine de députés nationaux, une cinquantaine des députés provinciaux que le FCC lui avait à un moment ravi, dans une de leurs combines de dédoublement.

Autre temps, autre mœurs ! La justice le remet dans ses droits. L’avènement de l’Union Sacrée pour la Nation est une occasion de plus pour qu’il fasse valoir ses droits à être ambitieux. Cette fois, il regarde même un peu haut. La primature ne saurait être trop haute pour récompenser sa clairvoyance, sa confiance et son appui au projet.

C’est-ce qui explique la campagne médiatique discrète qu’il vient d’engager dans la presse, destiné à informer celui qui détient toutes les ficelles la hauteur de ses prétentions. Bien sûr, il ne s’impose pas, mais il rappelle le rôle de catalyseur qu’il a joué pour que l’Union sacrée existe et soit une réussite. Ensuite, pour sa stabilité, le nombre de députés Nationaux que son regroupement compte jouera le rôle de catalyseur et de leader. Le Président de la République qui doit tenir compte d’une possible tentative de retournement de la situation au Parlement, doit compter sur le groupe des fidélisés de Bahati Lukwebo pour maintenir l’harmonie dans la chambre basse.

De toutes les manières, à cause de ces arguments, Bahati Lukwebo est appelé à jouer un grand rôle dans l’Union pour la Nation. Peut-être pas au niveau qu’il fait valoir, mais au plus haut niveau. Le Président de la République qui est un bon politique doit en être conscient. Il doit désormais gérer les ambitions de ceux qui ont traversé et qui veulent des postes tout de suite. Des frictions seront possibles si le Président de la République ne gère pas sagement ce dossier délicat.

La prospérité

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici