Ecoutez cet article

La Dynamique pour la sortie de crise (Dysoc) de Lisanga Bonganga accuse le Président Félix Tshisekedi d’avoir violé l’article 96 de la Constitution qui interdit au Chef de l’Etat d’être auteur de la création d’un parti ou regroupement politique.

“Ce faisant, le Président Félix Tshisekedi du fait d’avoir crée l’Union sacrée est devenu Chef d’une faction, d’un groupe de fanatiques et a ainsi renoncé à être Chef de l’Etat.” lit-on dans une déclaration de ce mouvement politique dont une copie nous est parvenue.

Concernant les dysfonctionnements de l’Assemblée Nationale, la DYSOC condamne la violation de la Constitution et de l’arrêt R. 1438 de la Cour Constitutionnelle sur la mission du Bureau d’âge( provisoire).

“La responsabilité de cet état de choses incombe au Président de la République qui a l’obligation Constitutionnelle de garantir le bon fonctionnement des Institutions et l’indépendance de la justice” écrit Jean Pierre Lisanga Bonganga.

La DYSOC dit être convaincue que l’ajout à l’ordre du jour par le Bureau d’âge du point relatif au contrôle parlementaire vise une tentative de destitution du Premier Ministre en fonction aux fins de normaliser la nomination irrégulière d’un informateur.

Ivan Honoré
24h

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici