Ecoutez cet article

Tony Mwaba, ministre de l’EPST s’est exprimé le mercredi 01 septembre sur le déroulement de l’examen d’État édition 2021.

Dans une intervention au cours du magazine « 19.45 » , ce membre du gouvernement Sama Lukonde est également revenu sur la politique née de la présence sur les items de l’Exetat des questions liées à Augustin Kabuya et Jean Marc Kabund , respectivement secrétaire général de l’UDPS et 1er vice président de l’Assemblée nationale. Selon lui, il s’agit d’une haine.

« Ça ne peut pas me choquer, d’abord moi-même je suis professeur des universités et un intellectuel organique. Toute l’opinion n’était pas choquée. Mais ce sont des personnes qui se sont confiées le beau rôle de véhiculer la haine et une haine viscérale » , décrie Mwaba.

Et de poursuivre, « En tant qu’Enseignant, il faut faire la part des choses dans la culture générale. Dans la culture générale, il y a la culture savante, il y a également la culture partagée. La culture savante, c’est celle qui est enseignée justement dans les salles de classe, c’est celle qui est puisée dans les manuels savants de spécialiste. Un spécialiste d’histoire, un spécialiste de physique, de chimie etc. Tout ça c’est puisé dans les écrits des spécialistes des savants, ceci permet à l’enseignant de faire la transposition didactique. Cette culture là savante qui véhicule des informations autour de certaines personnalités qui sont pas Africaines ou Congolaises mais qui s’inscrivent dans l’histoire européenne ou américaine. Mais une culture, c’est la culture partagée. Cela n’est pas enseignée ou retrouvée dans les ouvrages savants, mais c’est elle qui est véhiculée dans la presse écrite, presse locale dans les chansons en tout cas c’est puisée dans les milieux sociaux culturels. Et c’est cette culture partagée qui est complétée à la culture savante qui donne la culture générale. Et donc la culture générale c’est la culture savante plus la culture partagée. Alors dans culture partagée vous trouverez ces personnes là à un moment donné qui ont marqué l’histoire » , a justifié le ministre de l’ESPT.

Pour lui, ces questions ont été posées pour évaluer le niveau de connaissance des élèves.

« Lorsqu’on pose une question à un élève c’est justement pour évaluer son niveau de connaissance. Est-ce-qu’il est attentif aussi à l’actualité politique ? Est-ce-qu’il est attentif dans ce qui se passe dans son milieu socioculturel ? On essaie d’éveiller aussi sa conscience, d’éveiller aussi son niveau intellect , de vérifier aussi si l’élève à une idée de recherche au delà de ce qui lui est enseigné en classe et stimuler en lui un esprit de recherche c’est ça » , a-t-il ajouté.

Tony Mwaba indique que « dans les personnalités s’il crever l’abcès, ça n’a pas été seulement Augustin Kabuya, ni Jean Marc Kabund , il y a presque toutes les autorités de ce pays. Mais on en a pas parlé, pourquoi tirer justement sur une seule personne ? C’est la haine et d’ailleurs je voulais vous dire parce-que tout est remonté vers moi pour dire non c’est le ministre, il est de l’UDPS. Je vous informe que dans l’organisation des examens d’État c’est nous vivons le quatre c’est l’aboutissement de toute une organisation, mais tout commence par la conception, composition, planification, les impressions etc . L’examen d’État se compose déjà au mois de mars par des inspecteurs, spécialistes en français, en histoire, en physique, ils sont enfermés quelque part et ils composent ces examens là. Au mois de mars Tommy Mwaba n’était encore ministre, il n’avait pas encore le gouvernement Sama Lukonde, et vérifiez on vous dira« , a-t-il conclu.

Siméon Isako
Cas-info

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici