Ecoutez cet article

Décrété depuis mai dernier par le Président de la République, Félix Tshisekedi, dans les provinces de l’Ituri et du Nord Kivu, l’état de siège n’a pas encore donné des résultats satisfaisants auxquels on s’entendait surtout avec les opérations militaires sur terrain.

Motif d’indignation de la part de Eugène Diomi Dongala, président du Front pour la Survie de la Démocratie au Congo/Démocratie Chrétienne.

D’après lui, la solution militaire imposée pour traquer des groupes armés semble échouer et il faudra d’autres solutions notamment sur le plan diplomatique, international et politique.

‹‹ Je ne peux pas rester indifférent face à l’aggravation de la situation à l’Est de la RDC. la solution militaire semble échouer. Il faudra élargir le champ de la recherche des solutions sur le plan diplomatique, international et politique. Nos ennemis restent non-identifiés donc irresponsables. Si l’on identifie pas le vrai ennemi, on ne peut pas combattre une guerre ››, a-t-il écrit sur son compte Twitter.

D’après plusieurs rapports des organisations de la société civile, les massacres se sont accentués dans ces deux provinces depuis la proclamation de l’état de siège où le le HCR et ses partenaires ont recensé « plus de 1200 décès de civils cette année » au Nord-Kivu et en Ituri.

Selon cette agence onusienne, plus de 25 000 violations des droits humains, ont été enregistrées.

Ivan Honoré
24h

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici