Ecoutez cet article

Huit militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) de la 32ème région militaires sont aux arrêts depuis le jeudi 22 juillet 2021. L’annonce a été faite par la hiérarchie des FARDC quelques heures après leur arrestation. Il leur est reproché d’avoir détourné des fonds destinés aux militaires engagés dans des opérations militaires pendant l’état de siège. Parmi les militaires arrêtés l’on compte deux colonels, quatre lieutenants colonels, un major et un capitaine.

Le Colonel Nlandu Walter, commandant adjoint en charge de l’administration et logistique à la 32e région militaire, le Colonel Diama Josué, directeur régional du service d’éducation civique et actions sociales (SECAS), le Lieutenant-colonel Mukanda Salibongo, directeur administratif à la 32e région militaire, le Lieutenant-colonel Kinfuta, T4 du secteur opérationnel Ituri, le Lieutenant-colonel Love Zeula, T2 secteur opérationnel Ituri, le Major Sadiki Delphin, commandant de la base logistique centrale de la 32e région militaire, le Commissaire supérieur principal Kambolwa Laurent, assistant du Vice-gouverneur policier de l’Ituri et le Capitaine Patrick Kimenesa, secrétaire à la base logistique régionale, ont été arrêtés.

L’arrestation de ce groupe de militaire intervient quelques jours après que le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi a dénoncé des fictifs dans les listes reprenant les effectifs des hommes de troupes. Le chef de l’État s’est enfin rendu compte que les chiffres qui lui ont été communiqués n’étaient pas en adéquation avec le nombre exact des militaires engagés au front afin de faire face à l’insécurité causée par des groupes armés qui pullulent tous les jours dans la partie Est de la RDC.

Il faut noter que depuis le 17 juillet 2021, l’Inspecteur général des FARDC, Amisi Kumba Gabriel séjourne à Bunia, chef-lieu de l’Ituri, dans le cadre d’une mission de contrôle sur l’utilisation des « fonds alloués » au gouverneur militaire de l’Ituri, dans le cadre de l’état de siège. À cet effet, il a échangé, le lundi 19 juillet avec le gouverneur de la province, le général Johny Luboya Nkashama.

À l’issue des échanges, Amisi Kumba Gabriel avait déclaré qu’il était important de savoir ce à quoi l’argent de l’Etat a servi, après avoir été décaissé par le gouvernement central.

« Nous devons contrôler. On ne peut pas laisser l’argent, les fonds publics comme ça. Les gens croyaient que dans l’armée, il n’y avait pas de contrôle. L’Inspectorat des Forces armées de la RDC doit venir suivre les biens, les fonds que le gouvernement met à la disposition de deux gouverneurs qui dirigent l’état de siège. Le gouverneur vient de mettre tous ses services financiers à la disposition de la délégation. Et après, vous serez informés des résultats », avait-il indiqué quelques heures avant.

Le rapport partiel de l’Inspection Générale des FARDC révèle qu’environ 13 millions USD ont été retrouvés à Kinshasa, «indûment» gardés par certains commandants dans le «mépris total» des règles de gestion des finances pendant plus d’un mois.

L’Inspecteur général des FARDC avait affirmé que cette opération a commencé par Kinshasa, avant de s’étendre dans les provinces où l’état de siège a été instauré depuis le 6 mai dernier. « On avait commencé à Kinshasa, dans les organes centraux. C’est de là où l’argent part », avait-il ajouté.

La mission de contrôle du général Amisi Kumba Gabriel s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la corruption et le détournement de fonds publics prônée par le président Félix-Antoine Tshisekedi.

Le Potentiel

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici