Après l’accueil à l’aéroport, les deux leaders de Lamuka s’adresseront à la population, Place Sainte Thérèse à N’Djili, indique la lettre du Secrétaire général de Nouvel Elan, à Gentiny Ngobila.

Cette fois-ci, est la bonne. Après plusieurs mois de tournée euro-américaine, le tandem Martin Fayulu-Adolphe Muzito rentre au pays ce samedi 22 août par l’aéroport international de N’Djili. C’est ce qu’annonce le Secrétaire général de la plateforme Nouvel’ Elan, dans sa lettre d’information datée du 18 du mois, adressée au Gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngoblia, avec ampliation au Vice-Premier en charge de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières. Une autre copie de la lettre est réservée au Commissaire provincial de la Police nationale congolaise (PNC), de la ville de Kinshasa.

Steeve Kivwata qui signe cette correspondance atteste qu’aussitôt après l’accueil à l’aéroport, les deux leaders de Lamuka s’adresseront à la population, Place Sainte Thérèse, au quartier 5 à N’Djili. Le retour au bercail de Martin Fayulu et d’Adolphe Muzito intervenant dans un contexte de crise sanitaire mondiale due à la Covid-19, le signataire de ladite lettre assure que les gestes barrières à cette pandémie seront de stricte observance.

RETOUR DANS UN CONTEXTE DE DEBATS

Du point de vue de la politique intérieure, le retour au pays du tandem Fayulu-Muzito, intervient dans un contexte de débats autour d’un projet de dialogue sur des réformes institutionnelles, préconisées par un groupe de 13 personnalités sociopolitiques. En l’occurrence, la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Horizon 2023 oblige !

En dépit de la trêve observée depuis quelques jours sur cette question, le sujet demeure toujours d’actualité.

Toujours est-il que la position du Front commun pour le Congo (FCC) sur cette problématique ne fait l’ombre d’aucun mystère. Les sociétaires de la plateforme chère au Président honoraire Joseph Kabila, soutiennent tout dialogue doit se tenir dans un cadre institutionnel.

A partir du moment où il existe un cadre politique structurel issu des élections du 30 décembre 2018, le dialogue suggéré par le G13, ne peut que se tenir au sein des institutions de la république dont l’Assemblée nationale. Mais cette hypothèse est vite détruite par d’autres protagonistes de la scène politique rd congolaise. Ces derniers soutiennent que limiter le débat politique aux seuls acteurs présents au Parlement, offre très peu de chance à l’opposition déjà minoritaire, de faire entendre sa voix.

A propos justement de ce dialogue national ; l’opinion aura noté que Martin Fayulu a été le premier à lancer cette idée. Dans un communiqué rendu public en début novembre 2019, le leader de l’Ecidé avait proposé un dialogue de sortie de crise entre Lamuka, sa plateforme, et la coalition au pouvoir, FCC-CACH.

Dans ce schéma, Martin Fayulu suggérait, entre autres, la mise en place d’un Haut Conseil national de réformes institutionnelles (HCNRI), chargé de réformes urgentes de la CENI, la sécurité, la défense et de la corruption.
Le président de l’Engagement citoyen pour développement avait également préconisé une transition de 18 mois, au cours de laquelle le FCC et CACH dirigeraient le pays et la coalition LAMUKA piloterait le HCNRI.

Maintenant qu’il revient au pays, reste donc à savoir comment Martin Fayulu réagira à l’offre politique du G13.

A L’HEURE DE LA REMISE ET REPRISE AU SOMMET DE LAMUKA

En interne, l’un des sujets majeurs reste sans doute, la remise et reprise entre Adolphe Muzito, président sortant de Lamuka et son successeur Martin Fayulu qui devra reprendre le flambeau pour les trois prochains mois. En réalité, c’est depuis mars dernier qu’Adolphe Muzito devait céder le fauteuil au président national de l’Ecidé, dans le cadre de la présidence, mieux la coordination tournante de leur plateforme. Malheureusement, il s’est fait qu’à l’échéance du mandat trimestriel d’Adolphe Muzito, Martin Fayulu se trouvait déjà en dehors du pays, dans le cadre de sa tournée entamée depuis le mois de février dernier. Ce qui a obligé Adolphe Muzito à cumuler deux mandats successifs à la coordination de Lamuka.

Après la remise et remise, d’autres réunions importantes du Présidium ne sont pas à exclure. Dans la perspective de l’horizon 2023, d’aucuns pensent que Adolphe Muzito, Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu et MoIse Katumbi devront redéfinir leur stratégie commune de lutte. Dès lors que les deux acteurs de Lamuka, absents du pays depuis plus de six mois, reviennent ce samedi à Kinshasa, cette plateforme ne manquera pas à donner sa position sur le débat actuel autour du projet des réformes institutionnelles.

Grevisse KABREL
Forum des as

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici