Ecoutez cet article

Revue de presse du vendredi 11 décembre 2020

La destitution de la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mbunda, est à la Une de tous les journaux et médias parus ce vendredi 11 décembre matin à Kinshasa.

« Le deuxième épisode de la guéguerre FCC-CACH, aux allures des guerres puniques entre la Rome antique et Carthage (264 av J-C. à 146 av.J-C), s’est soldée hier jeudi 10 décembre, par la victoire décisive du Camp présidentiel sur celui de son allié, Joseph Kabila. Quatre membres du bureau de l’Assemblée nationale, tous issus du FCC ciblés par des pétitions individuelles, n’ont pas résisté à la nouvelle dynamique impulsée par Félix Tshsisekedi à la Chambre basse. Jeanine Mabunda, speaker de la chambre et quatre autres sont tous tombés, sous les regards hagards de leurs “coéquipiers” de la Kabilie, présents hier à l’hémicycle », commente Forum des As.

Selon La Tempête des Tropiques, « Kisalu me banda (le travail a commencé) à l’Assemblée nationale ; Mabunda déboulonnée, une nouvelle majorité se dessine ! » Sur 483 députés qui ont pris part jeudi au vote de la pétition contre la présidente déchue, 281 ont voté pour son départ, 200 l’ont soutenue. Sa déchéance, souligne le quotidien, est donc consommée.

En conséquence, Jeanine Mabunda perd son marteau, et du coup, la majorité change de camp à l’Assemblée nationale. Alea jacta est, le sort en est jeté, explique Le Potentiel. Un naufrage, car pour ce journal, le suspense n’aura été que de quelques heures. Sans surprise, la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, est tombée, jeudi 10 décembre, par un vote « sanction », à la suite d’une pétition dont elle a eu de la peine à s’en sortir, malgré les assurances données par sa famille politique, le FCC, qui se targuait de détenir la majorité parlementaire. Ainsi, explique le quotidien, dans un climat agité et par un vote très serré, les députés nationaux ont pris leurs responsabilités, en épargnant le pays de sombrer dans une crise sans issue. Les carottes étant donc cuites, note le journal, Jeanine Mabunda appartient désormais au passé

Toutefois, « Mabunda est tombe la tête haute ! », fait remarquer pour sa part La Prospérité, précisant que les autres membres du bureau ont connu le même sort. Tout est parti, rappelle le tabloïd, d’une pétition lui imputant un certain nombre de griefs dans sa gestion de l’Assemblée nationale. Rangé en ordre de bataille, les élus membres du FCC ont accompagné leurs collègues jusqu’aux derniers instants. Tous les autres membres du Bureau sont tombés, devant l’ouragan de l’histoire, l’un après l’autre, au fur et à mesure qu’on avançait dans le dépouillement. Tout naturellement, Mabunda s’est défendu, mais ses mots n’ont pas été convaincants. Elle sort du bureau de la chambre basse la tête haute, engendrant ainsi la mise en place de l’Union sacrée de la Nation propulsée par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi. Donc, pour le quotidien, le marteau a traversé de l’autre côté.

Que des réactions !

Politico.cd rapportent les propos de Moise Katumbi qui estime que les députés ont répondu aux attentes du peuple et honoré la mémoire des martyrs.

Et a la une, notamment de B, Moïse Katumbi félicite les députés pour ce « vote historique. Il n’y a plus d’obstacles pour conduire une politique en faveur de la population. »

Quoiqu’il en soit, fait remarquer 7sur7.cd, Patrick Nkanga, rapporteur du bureau du PPRD, pense qu’il est temps d’opérer de grands changements au sein de la plateforme de Joseph Kabila.

A travers le même media en ligne, Kitenge Yesu déclare : « Félicitations à nos députés…Les honneurs et la célébrité n’empêchent pas la déchéance ou la chute d’arriver. »

A en croire, Actualite.cd, le député national Guy Mafuta Kabongo salue le choix de ses collègues en votant les départs de Jeanine Mabunda, Boniface Balamage N’kolo, Célestin Musao, et Jacques Lungwana, respectivement aux postes de Président, 2ème Vice-Président, Rapporteur et rapporteur adjoint du Bureau de l’Assemblée nationale. Car, pour l’élu de Tshikapa au Kasaï, la population n’a pas besoin de couleurs politiques mais plutôt de l’amélioration de son quotidien.

Le site rapporte aussi la réaction du PPRD : « La douleur est profonde, mais elle ne doit pas nous ébranler. Continuons la lutte, chers soldats ».

La lutte continue, puisque le député Gratien Iracan avertit déjà que « le prochain objectif, c’est de pouvoir faire tomber le gouvernement » Ilunkamba.

Radio Okapi

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici