Ecoutez cet article

Après plusieurs reports et l’annulation de son concert prévu le mois prochain, le procès du chanteur congolais Koffi Olomidé s’ouvre ce lundi devant la cour d’appel de Versailles.

Condamné en première instance à deux ans de sursis pour « viol sur mineure de moins de 15 ans », Koffi Olomidé avait été relaxé du chef d’accusation de « séquestration ». Concernant les trois autres plaignantes, ses anciennes danseuses, elles l’accusent de « séquestration et de relations sexuelles forcées ». Le parquet, quant à lui, avait requis 7 ans de prison ferme et avait fait appel de la décision.

Les faits se seraient déroulés à Asnières

Ce lundi, la star de la rumba congolaise est à nouveau sur le banc des accusés pour des faits qui se seraient déroulés entre 2002 et 2006 dans la villa du chanteur à Asnières, en région parisienne.

Après 11 ans d’absence, la production vient de prendre la décision d’annuler le prochain concert de Koffi Olomidé prévu fin novembre à Paris-La Défense Arena en raison de la situation sanitaire due à la pandémie du Covid-19.

Antoine Agbepa Mumba absent en première instance

Convoqué par la justice, Koffi Olomidé sera-t-il présent à l’audience ? De son vrai nom Antoine Agbepa Mumba, il ne s’était pas présenté à son procès en première instance, ni à deux rendez-vous préalables durant l’instruction, provoquant l’émission d’un mandat d’arrêt.

RFI

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici