Écoutez cet article

Le leader du MLP annonce entamer une tournée dans les principaux états-majors politiques de Kinshasa afin de s’unir pour lutter contre la balkanisation de la RDC, stopper le début de la dictature et sauver l’intégrité territoriale de la RDC.

Le “héros vivant” a d’abord passé un message de réparation envers tous ses frères, acteurs politiques congolais. Il demande pardon à celles et à ceux dont ses propos ou ses attitudes auraient offensés depuis le début de son combat politique en 1990. “Et pour ce faire, je demanderais pardon à ceux qui ont été offensés de 1990 à ce jour, suite à mes propos, à mon attitude. Tous les acteurs politiques. Parce que je vais initier une démarche salutaire pour la République”, a fait savoir l’ex-opposant de Kabila père et fils.

Kabila, Fayulu, Muzito, Mukwege, Ambongo, …sur le programme de Frank Diongo.

“Je vais aller voir chacun de mes frères et sœurs. Tous ceux qui sont contre la tentative de dictature de notre frère Félix Tshisekedi”, s’est radicalement prononcé Frank Diongo Shamba au micro du journaliste Peter Tiani, directeur général de Perfect Télévision. Du côté de Lamuka, Frank Diongo Shamba veut discuter avec Martin Fayulu Madidi avec qui, il entretiendrait désormais des relations stabilisées. “On s’appelle déjà avec Martin et on cause ensemble”, a-t-il affirmé. Toujours du côté des leaders de Lamuka, Diongo s’entretiendra également avec l’ancien Premier ministre, Adolphe Muzito.

D’autres acteurs politiques majeurs sont sur sa liste. Le leader du MLP cite l’ancien président de la République, Joseph Kabila Kabange. “Pour Joseph Kabila, même si c’est à Kingakati, je vais le voir, si c’est à Kinshasa, je vais le voir”, a-t-il rassuré. L’agenda de leader du MLP prévoit également des rendez-vous avec le docteur Mukwege, le leader du MPCR, Jean-Claude Vuemba et le chef de BDM, Ne Mwanda Nsemi.

Au niveau de confessions religieuses, Frank Diongo envisage un tête-à-tête avec la cardinal Fridolin Cardinal Ambongo Besungu. Il n’a pas non plus oublier les vrais et purs tshisekedistes. Son périple le conduira ainsi auprès de Valentin Mubake.

Début de dictature et menace de balkanisation du pays

Frank Diongo appelle tous les Congolais à l’unité pour faire face aux dangers qui guettent la nation. “Le président de la République devrait appeler à l’unité de la classe politique”, dit-il. “Ce n’est pas le moment de régler des comptes à des politiques”, insiste-t-il. L’objectif étant de lutter contre les menaces de balkanisation, l’occupation du pays par des forces étrangères, cas de Bunagana et Rutshuru aujourd’hui encerclés par les armées étrangères et Goma toujours menacée.” Pour Frank Diongo, “la grandeur d’un grand homme d’État, c’est sa capacité à pardonner ceux qui lui ont fait du mal pendant le combat”, a-t-il rassuré. Parlant de Joseph Kabila principalement, Diongo dit avoir pardonné. “Je lui avais pardonné pendant que j’étais en prison. La preuve, je n’ai jamais déposé une plainte contre le régime Kabila. L’heure est à l’action dans la responsabilité. L’heure est à l’unisson. Il faut d’abord défendre le pays”, fin de citation.

S’il n’y a pas élections en 2023, on va chasser le président Tshisekedi

Il y aura élections en 2023, affirme Frank Diongo. Pour lui, il n’y a aucune raison qui justifierait la non tenue des scrutins électoraux en 2023. “S’il n’y a pas élections, on va chasser le président Tshisekedi. Il n’y aura pas de glissement. S’il n’y a pas élections en 2023, le peuple souverain va chasser le président. D’où, l’appel à la résistance”, a-t-il soutenu.

Le ténor du MLP explique qu’entre Kabila et le fils d’Étienne Tshisekedi Wa Mulumba, Kabila est le moindre mal, car, aujourd’hui, note-t-il, c’est pire que sous Kabila.

Jeanric Umande
Ouragan.cd

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici