Ecoutez cet article

Alexis Thambwe Mwamba est loin de trouver le bon sommeil, en dépit de sa dernière démission. Outre le dossier d’environ 5 millions de dollars dont il est poursuivi par l’Inspection générale des finances, l’ancien président du Bureau de la chambre haute du parlement congolais devra probablement justifier la ventilation de certains fonds gérés par sa personne. Il s’agit notamment de la dette prise par le Sénat congolais à hauteur de 14 millions de dollars yankee.

Oui, c’est vraisemblablement le message clé de Modeste Bahati, le nouveau président du bureau au Chef de l’Etat qui l’a reçu en le vendredi 12 mars dernier. A l’issue de la rencontre, Modeste Bahati Lukwebo a indiqué à la presse qu’il a échangé avec le Président Félix Tshisekedi spécialement sur des questions en rapport avec la prochaine rentrée parlementaire. Au regard de la reprise des plénières, le président du sénat a avoué que la situation qu’il a rencontrée au Sénat n’est pas du tout reluisante, surtout la situation financière où il doit payer les dettes de l’ordre de 14 millions Usd laissées par son prédécesseur.

A en croire Bahati Lukwebo, son bureau est devant une situation où, à la fois, il doit continuer à assumer le bon fonctionnement du Sénat et également éponger notamment les différentes dettes envers des tiers, à savoir des découverts bancaires qui sont de l’ordre de 17 millions Usd, de même que des dettes envers les sénateurs, des jetons de présence et des frais de mission et autres envers des fournisseurs. A quoi auraient servi ces dettes alors que même des jetons de présence n’étaient pas servis à des sénateurs ?

En cette période de l’Etat de droit, la logique voudrait que Monsieur Alexis Thambwe Mwamba puisse apporter toute la lumière sur la gestion des fonds mis à sa disposition et la destination des fonds acquis sur crédit auprès des privés.

Nyota

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici