Ecoutez cet article

Une journée lourde d’événements malheureux pour les habitants du Nord-Kivu. Pendant que l’armée rwandaise et sa coalition internationale tiennent mordicus à occuper le territoire congolais, un brave soldat a choisi d’affronter le Rwanda en pleine journée, par la frontière officielle.

Le soldat des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) a été abattu par des éléments de la Défense rwandaise, dans la zone neutre entre le Congo et le Rwanda ce vendredi 17 juin 2022. Il s’en est suivi une tension généralisée dans la colère et la rage des habitants de Goma pour leur soldat tué par les éléments de la défense des frontières rwandaises. Certains témoins affirment que le soldat congolais, déterminé à exprimer son ras-le-bol face à cette nième agression rwandaise, aurait voulu cracher sa colère sur l’envahisseur droit dans les yeux. Ce dernier aurait ouvert le feu sur les éléments de la défense des frontières du Rwanda blessant légèrement deux d’entre eux. Les rwandais ont riposté en tuant le soldat congolais sur place. Une autre version des jeunes de Goma fait plutôt état du kidnapping du jeune soldat congolais par l’armée rwandaise. Au moment où le jeune commando voulait se sauver, il aurait réussi à récupérer son arme et à tirer sur ses kidnappeurs rwandais. Deux versions des faits que seules les enquêtes, si elles sont sérieuses, permettront de clarifier.

Ras-le-bol des habitants de Goma

L’incident a suscité un gigantesque soulèvement de la population de Goma qui a vu dans la riposte meurtrière du Rwanda, un acte criminel et disproportionné. Dans l’émoi, plusieurs habitants du quartier Biréré qui longe la frontière de Gisenyi se sont exprimés contre ce meurtre. L’incident a vite interpellé les officiels des deux pays qui ont appelé à la vérification des faits. Monsieur Mumbere Bwanapuwa, activiste de la société civile locale soutient la thèse du kidnapping du soldat congolais : « Notre militaire a été kidnappé par les forces de sécurité du Rwanda. Voulant se sauver de justesse, il a tiré sur ses kidnappeurs rwandais qui, à leur tour, ont décidé de l’abattre froidement », a-t-il témoigné. Un militaire des FARDC qui a assisté triste à cet incident macabre, s’est dit révolté et humilié à la suite de cet incident. « Nous avons besoin de nous affronter jusqu’à ce que l’un de nos deux pays accepte de déposer les armes. Le pays (RDC) nous appartient. Nous sommes des responsables, chefs des familles avec femmes et enfants. Nous ne pouvons pas accepter cette humiliation éternellement », a confié ce béret-vert très emporté par le décès de son compagnon d’armes.

Landry Amisi
Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici