Ecoutez cet article

Le samedi n’était pas de tout repos pour Félix Tshisekedi. Il a reçu à la cité de l’Union africaine plusieurs dizaines de députés venus confirmer leur engagement à l’Union sacrée de la Nation.

Des députés de l’Alliance des Démocrates pour le Renouveau et le Progrès (ADRP), ceux de l’Action Alternative pour le Bien-être et le Changement (AAB), ceux de Coalition des démocrates (Code) de Jean-Lucien Bussa Tongba, mais aussi une vingtaine de députés, sénateurs et personnalités ayant quitté le FCC pour adhérer à l’Union Sacrée de la Nation.

Il était question d’échanger sur la nouvelle configuration de la mouvance présidentielle, mais aussi et surtout de ce qui peut être la nouvelle majorité parlementaire à l’Assemblée nationale.

Ces grandes manœuvres se font pendant que Joseph Kabila met en place une cellule de crise pour tenter d’arrêter l’hémorragie. D’après ses proches, cette structure occasionnelle a pour mandat de poursuivre les consultations déjà entamées depuis quelques jours auprès des députés nationaux.

« La cellule de crise mise en place par l’autorité morale du FCC n’a pas pour mission de se substituer à la coordination », explique Marie-Ange Mushobekwa, membre de cette cellule de crise.

Actualite.cd

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici