Approché par Desk Eco au Makutano 5, Sindika Dokolo a donné son point de vue sur cette rencontre d’hommes d’affaires, sur la prochaine table ronde que la présidence de la République veut organiser et sur le Plan national du numérique de la RDC.

L’homme d’affaires congolais Sindika Dokolo et leader du Mouvement citoyen «Les Congolais Debout » a pris part à la cinquième édition des Journées Makutano qui se sont tenues du 6 au 7 septembre à Kinshasa. Ce forum a rassemblé plus de 500 hommes d’affaires et des experts du monde scientifique.

« Ma participation à ce Makutano m’a permis d’écouter, d’observer et de prendre la température du monde des affaires en RDC. Il y a eu un changement politique en RDC. Effectivement, il y a une volonté pour qu’enfin ce pays puisse commencer à se développer et à bénéficier de ses richesses. Je l’ai senti moi au niveau de Makutano à travers les contacts que j’ai eus avec notamment la jeunesse. J’ai senti qu’il y avait énormément d’enthousiasme, énormément d’envie t d’ambitions. Dans un pays, là où il y a un pouvoir qui est prêt à écouter toutes ces énergies et toutes ces sollicitations, tout est possible. Donc, c’est très encourageant », a confié Sindika Dokolo.

Au contact de la jeunesse durant ces assises, l’opérateur économique congolais basé en Angola se dit être impressionné par les ambitions des jeunes congolais.

« La jeunesse peut attendre de moi et de toute la diaspora l’opportunité de revenir au pays et de mettre en pratique tout qu’on a appris à l’extérieur. Moi, mon domaine c’est le secteur privé. Et donc l’objectif c’est d’arriver à donner des réponses à l’emploi des jeunes. Des projets qui sont impossibles aujourd’hui, demain pourraient être possibles. Il faut participer activement au renforcement de cette économie. On est jamais plus fort à l’extérieur qu’à l’intérieur. Un pays ne s’est jamais développé que par son secteur privé national ».

Le président de la République a annoncé au cours du forum de Makutano la tenue prochaine d’une table ronde avec les opérateurs économiques sur le climat des affaires, une idée que Sindika Dokolo trouve « intéressante » mais entend voir du concret par rapport à cette problématique.

« C’est fondamental. C’est très intéressant. Je considère qu’il y a une vraie volonté du pouvoir public de se disponibiliser pour apporter des réponses concrètes et développer les milieux d’affaires et promouvoir les hommes et les femmes d’affaires nationaux. Je crois que pour cette table ronde sur le climat des affaires, il faut qu’on soit dans le concret et le pratique. Que cette table ronde ne soit pas seulement pour des beaux discours », prévient-il.

Par rapport au plan national du Numérique de la RDC et qui a été au centre des échanges à Makutano 5, cet opérateur économique s’interroge plutôt sur son financement alors que le gouvernement ne perçoit à peine 4 milliards USD de budget national.

«Le Congo est un pays qui est en faillite virtuelle. Nous avons un budget de 4 milliards de dollars selon ce que l’Etat perçoit effectivement. Ça veut dire un budget comparable à une grosse entreprise américaine. On a un système politique avec un poids financier qui est disproportionnel par rapport à la capacité économique de notre pays. Cette question du numérique, c’est vrai que c’est un objectif à définir. La question c’est comment est-ce qu’on finance cette politique numérique ? C’est une question fondamentale. J’ai beaucoup aimé lors de la cérémonie de clôture de Makutano, on a remis en cause le modèle FMI et banque mondiale. La conclusion est que l’enjeu c’est de développer une classe des millionnaires et des milliardaires congolais. Même l’ancien président ghanéen a dit au cours de ce forum que l’argent ce n’est pas sal. Il ne faut pas avoir peur de l’argent. Les hommes d’affaires sont là pour s’enrichir, être plus forts. Je pense que ça, c’est une évolution majeure dans l’approche du nouveau pouvoir politique sur l’économie », a soutenu Sindika.

Amédée MK
Desk Eco

1 COMMENTAIRE

  1. Vraiment ,une déclaration à prendre en considération de ce grand homme d’affaire Syndika Dokolo. ”Pas seulement les discours mais actions conrètes ” On aura besoin des hommes d’affaires qui pretendent et rèvent devenir des millionnaires et milliardaires, ne pas avoir peur de l’argent.

    Vraiment très ambutieux Monsieur Dokolo ,nous sommes prèts à aller travailler pour notre pays la RDC.

    Serges Mungondo /Angola, Luanda.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici