Ecoutez cet article

La présidence de la République s’est finalement prononcée sur l’interpellation à l’Agence nationale des renseignements (ANR) de François Beya, Conseiller spécial du chef de l’État en matière de sécurité. Et, contrairement aux spéculations et autres désinformations distillées sur les réseaux sociaux et dans certains médias, il n’y a rien d’une « guerre de palais » ou encore moins des « considérations tribales, claniques ou régionales ». Intervenant en direct à la grande édition de 20 heures du journal télévisée de la Radio-télévision nationale congolaise (RTNC), le porte-parole du chef de l’État, Tharcisse Kasongo Mwema Yamba Yamba, a clairement souligné qu’il s’agit d’une « affaire relevant de la sureté de l’État, une matière de la compétence exclusive de l’Agence nationale des renseignements (ANR) ». En même temps qu’il indique que les enquêtes se poursuivent et les investigations s’effectuent à différents niveaux, la présidence de la République affirme ouvertement que dans l’état actuel des choses, « les enquêteurs disposent d’indices sérieux attestant d’agissements contre la sécurité nationale ». Plus de peur que de mal, la situation est sous contrôle. Ainsi, la population est appelée à garder son calme et de vaquer sereinement à ses occupations quotidiennes.

On en sait un peu plus et de manière officielle sur l’interpellation, depuis samedi 5 février, du conseiller spécial du chef de l’État en matière de sécurité.

Dans une communication officielle faite dans la soirée du mardi 8 février sur les antennes de la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC), le porte-parole du président de la République, Kasongo Mwema Yamba Yamba, a annoncé que des enquêteurs disposent des indices sérieux attestant d’agissements contre la sécurité nationale.

« Il s’agit d’une affaire relevant de la sureté de l’État. Une matière de ce genre est de la compétence exclusive de l’Agence nationale des renseignements (ANR). Il n’est pas dans les habitudes de ce service de communiquer sur ses activités. Toutefois, dans l’état actuel des choses, on peut affirmer que les enquêteurs disposent d’indices sérieux attestant d’agissements contre la sécurité nationale. Les enquêtes se poursuivent et les investigations s’effectuent à différents niveaux. S’il s’avère nécessaire de communiquer davantage, le gouvernement de la République s’en chargera. En attendant, la présidence de la République invite la population à la vigilance et à éviter de donner du crédit aux spéculations mensongères diffusées par des personnes mal intentionnées dans les médias et sur les réseaux sociaux. Les indices sont suffisamment sérieux et ne peuvent donner matière à d’autres considérations de nature ou de type tribal, clanique ou régional. Le processus démocratique amorcée dans notre pays par la première passation pacifique du pouvoir en janvier 2019 est un acquis sacré à préserver à tout prix. Aucune tentative de déstabilisation de nos institutions démocratiques ne sera tolérée. De ce fait, durant le temps de l’enquête, il est demandé à la population de garder son calme et de vaquer sereinement à ses occupations quotidiennes. La situation est sous contrôle », a déclaré Tharcisse Kasongo Mwema.

Le Potentiel

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici