Ecoutez cet article

Le sénateur Jacques Ndjoli qualifie du «déjà entendu» le discours du président Joseph Kabila, mardi dernier à la 73ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Pour Jacques Ndjoli, l’ingérence étrangère dans le processus électoral et le départ de la Monusco, que Kabila a évoquées lors de son allocution, reflètent la mauvaise gouvernance durant ses deux mandats à la tête du pays.

«Si les autres s’intéressent à notre processus électoral, c’est parce que nous ne parvenons pas à développer une gouvernance rationnelle. Nous n’organisons pas les élections à temps, il n’y a pas de consensus, etc. C’est pour ça qu’il y a la tension et des frustrations dans le pays qui ont des répercussions sur la scène internationale. Et cela oblige les autres à intervenir dans nos problèmes », explique ce mercredi 26 septembre 2018 par actualite.cd Ndjoli également inspecteur général du MLC.

Lors de son discours à l’ONU, le président Kabila s’est montré souverainiste. Il a, entre autres, souligné que le gouvernement s’est engagé à financer seul, sans soutien international, les élections prévues le 23 décembre après deux reports.

Will Cleas Nlemvo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici