Ecoutez cet article

Après l’assassinat, le 16 janvier 2001, de Mzee Laurent-Désiré Kabila, Joseph Kabila lui a succédé et a prêté serment, pour la première fois, le 26 janvier 2001, comme président de la République Démocratique du Congo.

A cette occasion, il a pris l’engagement de mettre fin à la guerre qui avait déchiré le pays et réunifier le Congo. Cela a été fait deux ans plus tard.

Ainsi, le 7 avril 2003, il prête serment pour la deuxième fois comme chef de l’État congolais, à la tête du gouvernement dit 1+4 (1 président et quatre vice-président). Il y avait donc Kabila comme président, secondé par quatre vice-présidents dont Ruberwa, Yerodia, Bemba et Z’haidi Ngoma.

Après les élections de 2006, Joseph Kabila est élu président pour cinq ans et prête serment pour la troisième fois le 6 décembre 2006.

Et pour la quatrième et dernière fois, c’était le 20 décembre 2011, réélu face à l’opposant Étienne Tshisekedi qui n’avait pas accepté sa défaite, estimant qu’il avait battu Kabila à plate couture. D’ailleurs, Étienne Tshisekedi avait, trois jours après la prestation de serment de Kabila, soit le 23 décembre 2011, posé le même geste dans sa résidence. C’est de là que le combat de l’Imperium avait commencé. Et il a été créé une Majorité présidentielle populaire (MPP) pour accompagner Étienne Tshisekedi à récupérer l’Imperium.

Ce dernier avait demandé à tous les députés Udps ( Union pour la démocratie et le progrès social) et alliés de ne pas siéger au Parlement, une décision respectée à 20%, car 80% ont bel et bien rempli leurs mandats de députés.

LM
Media Congo Press

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici