Au 4ème jour du procès 100 jours où il vient de terminer d’être confronté à l’ancien ministre du budget, Pierre Kangudia Mbaya, “mon ancien directeur de cabinet quand j’étais président de l’Assemblée nationale”, Vital Kamerhe se considère comme “une victime expiatoire. Est-ce que je suis déjà condamné d’avance?

Vital Kamerhe rappelle “n’avoir été arrêté que pour raisons de confrontation”, s’étonne qu’au finish, “il n y a eu que 2 confrontations”.

Le ministre d’état Kangudia participait bien aux réunions.

Pierre Kangudia, ancien “ministre d’État du Budget a pris part à la réunion de conception et de supervision”, insiste Vital Kamerhe.

Au témoin Pierre Kangudia qui dit n’avoir appris l’existence d’une équipe de supervision qu’au cours du procès, Vital Kamerhe, qui a promis de “réagir de la manière la plus limpide”, rappelle que “le ministre de Budget n’est pas porteur de projet. Si le ministre de Budget me dit qu’il n’avait jamais vu le programme de 100 jours, le ciel va nous tomber sur la tête parce que tout le gouvernement était invité à Matete” au lancement de ce programme d’urgence du Chef de l’Etat.

“Dieu me voit, le ministre de Budget n’est pas venu une fois, pas deux fois, pas trois fois”, insiste le directeur de cabinet du Chef de l’Etat.

“Est-ce qu’il se souvient que nous avons eu une réunion sur la gratuité de l’enseignement et que c’est lui qui a décanté la situation?”, l’interroge-t-il via le juge président.

Vital Kamerhe assure donc que “la vérité va éclater aujourd’hui et maintenant”.

Barick Bwematelwa
Top Congo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici