Ecoutez cet article

La police nationale congolaise a dispersé ce lundi 03 mai au rond-point huilerie ( commune de Lingwala) une marche de protestation contre la taxe liée au Registre des appareils mobiles (RAM). L’initiateur de ladite marche, Joël Lamika, coordonnateur du MNCL ( Mouvement national des consommateurs lésés) a été arrêté en compagnie de 4 manifestants. Ils ont été conduits au Camp Lufungula.

En République démocratique du Congo, la taxe liée au Registre des appareils mobiles (RAM) fait couler encre et salive. D’après le ministère des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies (PT-NTIC) et l’Autorité de régulation des postes et de télécommunication (ARPTC), le RAM est un projet pour lutter contre la contrefaçon des appareils mobiles. Problème : la taxe, bien que contestée, est prélevée sur la recharge des crédits de communication.

En effet, depuis le jeudi 29 avril, les utilisateurs des réseaux de télécommunication ont été contraints de payer les frais liés au RAM, avant d’acheter des forfaits ou crédits via les services “mobile money”. D’autres ont constaté que leurs comptes ont été débités après recharge, selon le type de téléphone. Cette situation a provoqué une tollé sur la toile tout comme dans la rue.

Contacté par Media Congo Press, le ministère des PTNTIC avait affirmé que les perturbations constatées chez un opérateur de télécommunication n’était pas causé par le RAM.

Djodjo Vondi
congo-press.com

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici