Écoutez cet article

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) dénonce la réaction des autorités congolaises face aux tentatives de retour de Moise Katumbi au pays pour participer aux élections. Les évêques déplorent un « traitement ségrégationniste » de la part du gouvernement à l’égard de l’ancien gouverneur du Katanga.

“La CENCO exhorte vivement les autorités congolaises à revenir sur leur décision en laissant notre compatriote Moise Katumbi entrer au pays et déposer sa candidature comme tous les autres candidats”, dit les évêques catholiques dans un communiqué ce lundi.

La CENCO rappelle qu’il ne revient pas au gouvernement d’exclure certains candidats du processus électoral en cours.

“C’est à la Ceni qu’il revient de statuer sur la validité ou non d’une candidature. Maintenir une telle décision (celle d’empêcher Moïse Katumbi de prendre part à la présidentielle ndlr) est un grand recul pour la démocratie”.

Arrivé depuis le 3 août dernier en Zambie, Moise Katumbi n’a toujours pas pu traverser la frontière pour franchir le territoire congolais. Alors que le dépôt des candidatures pour la présidentielle va se clôture dans deux jours.

Will Cleas Nlemvo

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici