Ecoutez cet article

Au cours d’un point de presse tenu ce lundi 02 août au siège de la CENCO, l’Abbé Donatien Nshole condamne les attaques et les insultes dont est victime son éminence le cardinal et archevêque de Kinshasa Fridolin Ambongo, pour avoir prêché la vérité.

« Si j’ai mal parlé, fais-moi voir ce j’ai dit de mal, et si j’ai bien parlé pourquoi me frappes-tu? » Ce passage tiré de Jean 17:23, a été lu par le porte-parole de la Cenco.

A en croire l’Abbé Nshole, les actes de ce dimanche à la résidence du cardinal sont intervenus juste après que le secrétaire général du l’union pour la démocratie et le progrès social (udps), Augustin Kabuya ait tenu des propos hostiles à l’égard de l’archevêque de Kinshasa Fridolin Ambongo. Ceci s’inscrit dans le sens de chercher à étouffer la liberté d’expression qui est un droit pense les prélats catholiques.

« L’église ne prêche que l’unité nationale et chercher à s’en prendre aux chefs de l’église parce qu’ils s’opposent au discours divisionniste, c’est triste » regrette l’abbé Nshole.

En dépit de tout ce qui s’est passé, l’église catholique appelle tous les fidèles de l’église de ne pas céder aux menaces, car la violence vise le chaos, alors que l’église prêche la paix, c’est ainsi qu’elle prie les membres de l’église et le peuple congolais au calme.

« L’église continuera toujours à faire son travail au-delà de tout ce qui se dit, d’autant plus qu’elle cherche le bien être des congolais » conclut le porte-parole de la CENCO.

Guy Yuma
Bosolo

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici