Ecoutez cet article

Jean-Claude Katende, président de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (ASADHO), accuse le gouvernement d’être l’auteur de censure de la chanson « Nini tosali te » du Groupe MPR.

« Ceux qui mentent le peuple doivent avoir honte. La commission de censure relève du ministre de la justice, dont dépend du Gouvernement. La chanson Nini to sali te est censurée par le Gouvernement. Il faut assumer. », a dit cet activiste des droits de l’homme.

Pour assoir son argumentaire, Katende s’appuie sur l’arrêté ministériel 225 23 août 1967 portant Commission de censure de la musique qui stipule dans son article premier qu’il « est créé sous l’autorité du ministre de la justice une commission de censure de la musique siégeant à Kinshasa.

Mission et composition de la commission de censure des chansons et des spectacles

Cette commission a pour mission de se prononcer sur la conformité aux bonnes meurs et à l’ordre public des chansons diffusées, soit directement par des orchestres, soit par reproduction phonographique ou sur bande électromagnétique dans tous lieux ouverts au public. La commission doit également vérifier si ces chansons sont de nature ou non à provoquer la haine raciale ou tribale, ou si elles comportent des injures, de l’aversion, des imputations calomnieuses ou dommageables.

La commission de censure de la musique est composée de onze membres désignés par le ministre de la justice, parmi les magistrats, les parents, les musiciens et les industriels de l’enregistrement. Le président et le vice-président.

Gilbert Ngonga
24h

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici