Ecoutez cet article

Des éléments de la police ont dispersé, dans la soirée de ce mardi 15 juin, des militants de l’Union pour la nation congolaise (UNC), qui s’étaient rassemblés devant le siège national de ce parti, situé dans la commune de Barumbu.

Ces militants, qui protestaient contre la confirmation de la condamnation de leur leader, Vital Kamerhe, ont brûlé des pneus pour manifester leur opposition au verdict de la Cour d’appel de Kinshasa Gombe, qui a condamné, en appel, Vital Kamerhe à 13 ans de travaux forcés.

Au premier degré, le leader de l’UNC avait été condamné à 20 ans de travaux forcés pour détournement présumé des fonds alloués aux travaux des 100 jours, du président de la République, Félix Tshisekedi, dans son volet “maisons préfabriquées”.

“Un jugement politique”

Réagissant face à la presse, juste après la confirmation de la condamnation de Vital Kamerhe, le secrétaire général de l’UNC, Billy Kambale, a dénoncé un jugement politique.

“on cherchait clairement à abattre Vital Kamerhe. Comment comprendre que le principal accusé, Jamal samith, prenne 6 ans et lui 13 ?”, s’est-il interrogé, avant d’annoncer que la direction du parti se réunira ce mercredi 16 juin, afin de lever des options.

Djodjo Vondi
Media Congo Press

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici