Écoutez cet article

La Voix des Sans Voix pour le Droits de l’Homme (VSV) demande à Joseph Kabila d’annoncer ce jeudi 19 juillet 2018 qu’il ne briguera pas un troisième mandat à la tête du pays. La recommandation de l’ONG est formulée alors que l’actuel président de la République prononcera ce jeudi un discours sur l’Etat de la nation devant les deux Chambres du Parlement réunies en Congrès.

« Cette dernière pense que le Président de la république va fixer cette fois- ci les congolaises et congolais sur son avenir politique, surtout dans le contexte actuel axé essentiellement sur le processus électoral dont l’étape la plus importante demeure la tenue effective des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales prévues le 23 décembre 2018. Pour la VSV, l’adresse tant attendue du Chef de l’Etat face à la Nation devra constituer une occasion pour lui de faire preuve de dépassement patriotique en se prononçant clairement qu’il ne sera pas candidat à sa propre succession après la fin de son second et dernier mandat expiré depuis le 19 décembre 2016 », dit l’ONG dans un communiqué publié le 18 juillet.

Quatre jours plus tôt, une centaine d’universitaires congolais, par le canal d’un manifeste, avaient également demandé à Joseph Kabila de ne pas briguer un troisième mandat.

Selon Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, Kabila devrait annoncer des décisions importantes. Ainsi, il avait repoussé tous ses grands rendez-vous et ne voulait pas donner l’impression qu’il les prenait sous la pression internationale, avait ajouté le N°1 de l’ONU.

A quelques jours de l’ouverture des Bureaux de Réception et Traitement des Candidatures (BRTC) prévue par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), mercredi 25 juillet 2018 pour les élections présidentielle et législatives nationales, la VSV demande à Joseph Kabila son implication « personnelle et effective » pour garantir l’aboutissement heureux du processus électoral en commençant par « ordonner la libération des prisonniers politiques (cas de figures emblématiques et autres) et l’extinction des poursuites judiciaires en faveur d’exilés politiques qui voudraient rentrer au pays en vue de leur permettre de postuler ou de participer aux différents scrutins (…), favoriser le consensus sur la machine à voter et le fichier électoral ».

actualite.cd

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici