Écoutez cet article

L’Assemblée provinciale de Kinshasa est favorable à la destitution du ministre Dolly Makambo dont l’un des gardes a abattu un fonctionnaire de l’Etat en plein exercice de ses fonctions.

L’Assemblée provinciale de Kinshasa va entamer une procédure de destitution du ministre provincial de la sécurité, décentralisation et affaires coutumières M. Dolly Makambo, annoncent des sources proches de cette institution.

Le vice-président de cette institution, l’honorable Francis Tshibalabala a, après une réunion avec les présidents de différentes de ses commissions le jeudi 31 octobre, indiqué qu’une question orale avec débat a été déposée à son bureau à l’intention de Dolly Makambo.

Un de membres de l’Assemblée provinciale de Kinshasa insiste pour sa part : « D’abord comme patron de la sécurité de la ville, Dolly Makambo doit nous dire pourquoi les policiers se distinguent actuellement par la gâchette facile. Il doit ensuite reconnaître son niveau de responsabilité dans la mort causée par un membre de sa garde rapprochée en sa présence « .

Des sources qui signalent que le concerné qui est en résidence surveillée sera à nouveau ce vendredi devant les juges dans le cadre d’un procès qui a démarré la veille en procédure de flagrance sur le site du centre hospitalier Vijana appartenant à l’Etat appartenant à l’Etat, dont un de ses gardes, un policier en fuite commis à sa garde avait abattu avec son arme l’administrateur.

Selon un témoin, « Il y a tentative de spoliation de la concession de l’hôpital. Et, chaque fois que l’acquéreur envoie ses maçons pour commencer les travaux, ces derniers rencontrent une farouche résistance. Curieusement, aujourd’hui autour de 11h30, nous avons vu débarquer Dolly Makambo qui avait dans son escorte, quelques éléments de la police.

Aussitôt arrivés, poursuit-il, ces derniers ont commencé à menacer nos agents et promis la mort à quiconque oserait s’opposer à eux. L’AG a été le premier à se manifester. Il a été brutalisé par des policiers qui l’ont jeté dans leur véhicule. C’est dans ces conditions que l’un des policiers a tiré sur lui « , avait expliqué le même jour.

Boni Tsala T

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici