“Le ministère des Affaires étrangères de la RDC n’a pas refusé de donner le visa au bâtonnier Pierre Olivier Sur”, estime le conseiller juridique de la ministre d’État en charge des Affaires étrangères.

Alors que l’avocat français de Vital Kamerhe dénonce, dans un communiqué de presse, le refus de visa dont il est victime de la part de la RDC, Pierre Ebé révèle que Pierre Olivier Sur “n’a pas rempli toutes les conditions voulues pour obtenir son visa”.

Sur TOP CONGO FM, il explique que comme l’avocat français de Vital Kamerhe “vient pour un séjour de travail en tant qu’avocat en RDC, il lui faut remplir les conditions souscrites dans l’ordonnance loi de 1979 organisant les barreaux, le corps de défenseurs judiciaires et les mandataires de l’état pour prester en tant qu’avocat étranger”.

Pour lui, “cela veut dire qu’il devait être inscrit au préalable au tableau de l’un des barreaux institués en RDC ou donner une preuve d’une convention entre la RDC et son pays d’origine garantissant la réciprocité”

Décision inacceptable

“C’est inacceptable et même décevant de constater qu’on peut refuser à un avocat de venir dans un pays pour faire son travail”, tonne Bertin Mubonzi, cadre de l’UNC, parti politique de Vital Kamerhe.

Qui dénonce un “acharnement sur la personne du directeur de cabinet du Chef de l’État et l’aspect politique de son procès”.

Il rappelle qu’il y a “une coutume internationale qui fait que dans les États d’Afrique qui partagent une langue et une culture communes avec la France, tout avocat peut plaider dans un autre pays à condition qu’il soit accompagné d’un confrère qui est inscrit sur place”.

Bref, “il n’y a aucune raison valable qui peut expliquer ce refus de visa” à l’avocat français de Vital Kamerhe

Dieumerci Lusakumunu
Top Congo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici