Le Front Commun pour le Congo (FCC) a dépêché une délégation à Matadi pour « s’enquérir de la situation politique du Gouvernorat du Kongo central ».

La Conférence des Présidents des regroupements politiques du FCC avait condamné ce qu’il qualifie de « scandale » et avait retiré sa confiance au Gouverneur Atou Matubuana et au vice-Gouverneur Justin Luemba et les appelant à démissionner.

Pour rappel, le Procureur Général près la Cour de cassation avait adressé à l’Assemblée province du Kongo Central un réquisitoire aux fins d’obtenir l’autorisation de poursuites contre Atou Matubuana Nkuluki.

D’après le document, le vice-gouverneur du Kongo central, et Mimi Muyita Ankieta, alors assistante du Gouverneur, ont réellement commis un acte sexuel au domicile de cette dernière le 25 aout, vers 19 heures.

« Des éléments recueillis par l’enquête laissent croire que le vice-gouverneur Luemba était piégé par un groupe de gens pour être surpris, filmé nu et exposé à la vue du public », dit le réquisitoire tend à désirer Atou Matubuana comme le commanditaire de cette « infamie, exécutée par des agents de l’avec des agents de l’ANR, avec la complicité de l’assistante Muyita ». Selon ce réquisitoire, ces faits sont constitutifs d’infraction d’outrage public aux bonnes mœurs. Ledit réquisitoire sera examiné ce lundi 23 septembre au cours d’une session extraordinaire de l’Assemblée provinciale.

Entretemps, la province est gérée par Marcel Matumpa, installé depuis le 7 septembre 2019, comme gouverneur intérimaire par l’inspecteur général de la territoriale Musasa Kazez sur décision du gouvernement central.

Actualite.cd

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici