Ecoutez cet article

En RDC, le chef de l’État avait déclaré qu’il ne souhaitait pas se faire vacciner avec AstraZeneca, ce qui avait créé la polémique, dans un pays où la population est très réticente vis-à-vis des vaccins. L’entourage de Félix Tshisekedi a tenu à apporter des précisions.

Il s’agit d’un malentendu, estime Érik Nyindu, directeur de la communication de la présidence. Joint au téléphone par RFI, il précise : « Le président est un fervent promoteur de la vaccination en tant que recommandation de santé publique. L’organisme africain de contrôle et de prévention des maladies a validé le vaccin AstraZeneca. Les autorités congolaises l’ont aussi validé, c’est pourquoi ce vaccin est très utilisé et de nombreuses personnes se font vacciner. Maintenant sur un autre plan, le président a dit, personnellement que lui avait des doutes sur ce vaccin. Et sur le plan personnel, il attendrait que – et ça va se faire de manière imminente – l’arrivée en RDC d’autres lots de vaccins. À ce moment-là, quand il y aura une panoplie plus large, il se fera vacciner. Le vaccin, ce n’est pas une obligation légale, c’est une recommandation, chacun est libre de se faire vacciner ou pas », conclut le directeur de la communication de la présidence

En attendant, beaucoup auraient souhaité voir le président prendre les devants. « J’ai personnellement pris mes responsabilités et je me suis fait vacciner le 10 juin dernier pour montrer l’exemple de sorte que les Congolais m’emboîtent le pas », a par exemple déclaré l’ancien candidat à la présidentielle Martin Fayulu.

RFI

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici