Ecoutez cet article

L’ONG de défense des droits de l’homme la Voix des sans voix “(VSV) demande la réouverture du procès de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila.

Cette structure, assoie son argumentaire sur deux raisons principales : d’abord le respect du droit à l’information de la population Congolaise sur ce qui s’était réellement passé le 16 janvier 2001, et ensuite, la lutte contre l’impunité d’un crime ayant touché un Chef de l’Etat en fonction pour prévenir que cela n’arrive une seconde fois et ne contribue à l’impunité.

Pour Rostain Manketa, “il y a une exigence de la vérité sur les circonstances réelles de l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila en plein exercice de ses fonctions”.

Et d’insister: “La relance ou la réouverture est possible bien que certains acteurs aient été tués à petit feu (11 au total). Et même, le décès du Colonel Charles Alamba Mungako, procureur militaire près la Cour d’ordre militaire mais aussi d’autres acteurs, ne constituent nullement des obstacles. Car, la justice Congolaise est bien en place”.

Le Président de la République, Felix Tshisekedi, a accordé sa grâce à Eddy Kapend et ses compagnons, qui étaient condamnés à mort pour l’assassinat, en 2001, de l’ancien président Laurent-Désiré Kabila, père de son prédécesseur Joseph Kabila.

L’ordonnance portant mesure collective de grâce présidentielle rendue publique à l’occasion de la fin de l’année, sur proposition du vice-ministre de la justice, faisant fonction de vice-premier ministre, a été lue au réveillon du nouvel an à la télévision publique.

Gilbert Ngonga
24h

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici