Ecoutez cet article

L’opposant Jean-Pierre Lisanga Bonganga dénonce la nouvelle dictature naissante au pays avec une majorité achetée par le nouveau régime.

Dans une déclaration faite samedi à Kinshasa, le leader de la DYSOC reste convaincu que l’union sacrée n’est pas la solution à la crise. D’ailleurs, il qualifie cette nouvelle majorité parlementaire d’aléatoire et achetée pour asseoir la dictature.

« La mise en place de cette majorité parlementaire aléatoire et de chantage n’est pas une solution à la crise qui enchaîne notre pays, car cette crise est née du chaos électoral de décembre 2018 qui a généré une majorité fabriquée, et nommée, muée aujourd’hui en majorité aléatoire de chantage et de promesses fallacieuses destinée à soutenir un régime politique qui a fait de la violation de la Constitution une règle de gouvernance et qui veut gérer par défi la RD Congo », hurle-t-il.

Ainsi, la DYSOC stigmatise la constitution de l’Union sacrée qui ne sera qu’une plateforme politique devant jouer le rôle d’accompagnement de la dictature.

Pour Lisanga Bonganga, le régime politique de l’Union sacrée est issu de la violation de la Constitution qui. Il fait partie de son ADN, ajoute-t-il, et ne peut donc que persévérer, dans la violation de la Constitution.

« La DYSOC dénonce l’initiative malheureuse du président Félix Tshisekedi Tshilombo qui, en violation de la Constitution, voudrait s’adresser au Congrès, alors que l’Assemblée nationale n’a qu’un Bureau d’âge, Bureau provisoire qui n’est pas habilité à convoquer le Congrès conjointement avec le Bureau définitif du Sénat », peut-on lire dans ce document.

A haute voix, le leader de la DYSOC réclame le dialogue entre Félix Tshisekedi, Joseph Kabila et Martin Fayulu, sous la facilitation des confessions religieuses, des organisations sous-régionales et internationales car, selon lui, c’est la seule voie pour sortir de la crise politique actuelle et adopter de façon consensuelle les réformes politiques qui s’imposent.

L’opposant Jean-Pierre Lisanga Bonganga estime que le plan de sortie de crise de Martin Fayulu est la meilleure proposition capable d’épargner le pays du chaos. Il demeure, insiste-t-il, une alternative crédible à mettre à contribution, pour nourrir les débats tout au long de ce dialogue.

Par ailleurs, la DYSOC s’indigne de constater que l’Union sacrée est créée en violation de la Constitution. Elle qualifie l’Union sacrée de plateforme d’accompagnement de la dictature.

Par ailleurs, l’ancien ministre des Relations avec le Parlement salue la constance de Martin Fayulu Madidi pour sa détermination à défendre et à exiger le respect de la Constitution.

Manzu Lydie
Ouragan Fm / MCP

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici