Ecoutez cet article

Le secrétaire général des Nations unies a appelé mercredi 2 décembre 2020 au « dialogue » au sujet de la « crise politique », objet de polémiques en République Démocratique du Congo.

« Je reste préoccupé par les tensions politiques au sein de la coalition au pouvoir, qui pourraient saper la fragile stabilité politique, inverser les progrès réalisés depuis les élections de 2018 et le transfert pacifique du pouvoir qui en résulte. J’appelle toutes les parties prenantes à résoudre leurs différends par le dialogue, conformément à la Constitution », a écrit Antonio Guterres dans un rapport remis ce lundi au Conseil de sécurité, obtenu par la presse française et relayé par RTBF.

Le président Tshisekedi a lancé le 2 novembre des « consultations politiques » qui ont pris fin ce mercredi. Objectif selon le chef de l’Etat: « l’union sacrée » de la Nation.

Tshisekedi doit désormais annoncer ses décisions d’un jour à l’autre. Les dirigeants de son parti, l’UDPS, estiment qu’il doit « tourner la page » de la coalition, donc rompre avec l’accord secret signé avec son prédécesseur en janvier 2019.

C’est dans ce contexte de crise et d’attente que le président a reçu mardi soir « pendant près de quatre heures » une centaine de hauts-responsables de l’appareil sécuritaire (officiers de l’Etat-major de l’armée et de la police).

En début de semaine, le patron de la Garde républicaine a aussi enjoint ses troupes à ne pas « comploter » contre le chef de l’Etat dont ce corps d’élite assure la sécurité rapprochée.

Africa 24 sur 24 / MCP

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici