Ecoutez cet article

Bien ancré dans l’embarras au regard de sa vive proximité d’avec Jean-Marc Kabund, le président intérimaire dont la légitimité est très contestée ces derniers jours au sein du parti au pouvoir UDPS, le secrétaire général Augustin Kabuya convoque pour le samedi 22 janvier dans la matinée, une réunion de crise.

Le Bureau du comité exécutif national, les Ligues des femmes et des jeunes, les structures d’appui au parti, les formations politiques alliées… sont tous conviés, rapportent les sources contactées. Une convocation politique de haute portée.

L’objet, tel que le laissent entendre certaines personnalités du parti de Tshisekedi, est de donner des nouvelles orientations aux cadres, celles venues assurément de l’autorité de référence du parti au pouvoir. La crise mécanique observée à l’UDPS ce jour, née de l’annonce de la démission de Kabund au poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale sur fond d’une certaine confrontation avec certains proches du président Tshisekedi, est la deuxième depuis la prise du pouvoir de cette formation politique trentenaire. La première étant la fissure à deux ailes : le tandem Kabund-Kabuya d’une part et la bande à Peter Kazadi, Jacquemin Shabani, Paul Tshilumbu… de l’autre.

La crise actuelle favorise en quelque sorte la posture de cette dernière aile considérée dans l’opinion comme « la boîte intelligente du parti mise à l’écart », surtout qu’une pétition à l’initiative des secrétaires nationaux exigeant le départ de Kabund comme président intérimaire du parti, est en circulation.

Ayant été le vendredi dernier avec l’autorité de référence de l’UDPS qui est le président congolais en personne, renseigne une source fiable, des nouvelles donnes sont attendues. L’opinion en alerte, attend elle, l’aboutissement de cette saga sous l’ère Kabund « le maître-nageur », épopée si bouillonnante qu’elle retient l’opinion publique et court-circuite la communication du gouvernement Sama Lukonde.

Bien qu’en position de faiblesse depuis l’annonce de sa démission au Bureau de l’Assemblée nationale sans la concrétiser formellement ; et la série de désaveux en son encontre sortis des présidents des groupes parlementaires de l’Union sacrée de la nation le vaste mouvement politique de soutien au chef de l’État congolais, des élus nationaux et provinciaux de l’UDPS, d’autres soutiens influents au sein du parti à travers la République ; l’histoire politique congolaise récente démontre que Jean-Marc Kabund est un fin politique.

Un politicien si habile qui manque rarement des tours dans sa manche pour rebondir. Les ténors de Genève lors du choix d’un candidat commun de l’opposition à la présidentielle de 2018, l’ex-bureau de l’Assemblée nationale et l’ancienne toute puissante bande à Kabila le FCC, en savent quelques choses.

Dans les salons VIP de la capitale congolaise, on chuchote que la prochaine tour de magie est la fameuse «Decision finale», une formation politique en construction qui appartiendrait à Kabund.

Tony-Antoine Dibendila
4Pouvoir

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici