Ecoutez cet article

À l’image de toute l’opinion indignée par la libération des DG de l’OVD et de la SOCOC, le parti président l’a mauvaise et se déplaît du vice-ministre de la justice, Bernard Takaishe.

aurait profité de la mesure de grâce présidentielle signée par le chef de l’État, en faveur de quelques prisonniers, à la clôture de l’année 2020, pour signer la libération des directeurs généraux de l’OVD et de la SOCOC. Jugés et condamnés à deux ans de travaux forces il y a tout juste six mois, ces (anciens) mandataires publics ont quitté eux aussi la prison de Makala, comme le colonel Eddy Kapend et ses co-accusés, graciés par Félix Tshisekedi.

Bernard Takaishe est pointé du doigt dans cette affaire très confuse. L’UDPS, parti dont il est issu, est très en colère et réclame sa démission avant même la chute espérée de tout le gouvernement ILUNKAMBA. Le vice-ministre de la justice, est accusé de combattre l’État de droit et de favoriser l’impunité, pourtant cheval de bataille de Félix Tshisekedi. À ce sujet, le parti présidentiel a poussé via ses militants et cadres un grand cri de colère, pour le désavouer. On le suspecte d’avoir été corrompu pour inscrire frauduleusement ces deux deux DG sur la liste des gens graciables, alors qu’ils n’étaient pas éligibles. La société civile, l’ODEP, les défenseurs des droits de l’homme et bien d’autres citoyens se sont levés contre cette libération et exigent du chef de l’État, l’annulation de l’arrêté de le plus bref délai afin que les deux libérés retrouvent leur cellule à la prison Centrale de Makala.

Congoactu

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici