Écoutez cet article

Sauf imprévu, le professeur Modeste Bahati, président du Sénat, va être décoré de la médaille d’or au mois de mai prochain, au siège du Sénat français, en raison de sa longue lutte pour l’avènement de la démocratie en République Démocratique du Congo et le bien-être du peuple congolais. C’est l’ONG « La Ligue Universelle pour le Bien-Public », basée en France, qui va se charger de lui remettre cette distinction honorifique. A cet effet, une délégation conduite par Stéphane Meterfi, son vice-président, qui est en même temps membre de son Conseil d’Administration, est venue annoncer l’heureuse nouvelle au futur récipiendaire, qui l’a reçue en audience le mardi 12 avril 2022 dans son cabinet de travail, au Palais du Peuple.

A en croire la même structure, le combat de Bahati pour la démocratie et l’émergence de l’Etat de droit dans son pays, ainsi que la recherche du bonheur des populations congolaise est suivi depuis les années ’90, à l’époque de la Conférence Nationale Souveraine, à l’époque où l’intéressé militait encore dans les organisations de la Société civile. Les observateurs pensent qu’il s’agit d’une juste récompense pour ce leader politique qui est resté constant dans son idéal politique, en dépit des aléas des guerres de positionnement que lui ont menées, ces dernières années, les ennemis de son encrage politique dans sa province d’origine, le Sud-Kivu, ainsi qu’ au sein du Parlement et des institutions de la République.

C’est le lieu de rappeler que le même mardi 12 avril, le président du Sénat s’est entretenu avec des émissaires des églises catholique et protestantes, venus prendre langue avec lui au sujet de l’évolution du processus électoral. Selon eux, il y a nécessité d’un minimum de consensus autour de l’organisation des élections, dans l’optique de les rendre transparentes et apaisées, en vue de la consolidation de la jeune et fragile démocratie congolaise. Mgr Nshole, qui s’est confié à la presse, a indiqué que cela devrait passer par un dialogue, direct ou indirect, entre les parties prenantes, à savoir les animateurs des institutions de la République, les acteurs politiques et sociaux.

Le Phare

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici