La Majorité présidentielle (MP) a appelé vendredi à Kinshasa, la population à faire barrage aux compatriotes radicalisés, sans foi ni loi, pour sauvegarder la paix en République Démocratique du Congo, donner une chance réelle à des élections apaisées et partant à une alternance démocratique, a déclaré le porte-parole de cette famille politique, André-Alain Atundu Liongo, au cours d’un point de presse tenu à Kinshasa.

Pour le porte-parole de la MP, « le peuple congolais et tous les acteurs politiques et sociaux qui partagent avec le Président Kabila la passion du Congo et qui croient en la démocratie doivent se lever, fort de l’article 64 de la Constitution, et faire obstruction à ces démocratiques de façade qui, pour mieux endormir la vigilance du peuple congolais, prétendant et proclamant sans vergogne défendre l’Etat de droit alors qu’en réalité ils bafouent les lois du pays et la volonté du peuple souverain en optant pour un raccourci pour confisquer le pouvoir par des voies non démocratiques ».

Ce cynisme est immoral et inacceptable au regard de la finalité même de la marche, à savoir obtenir un changement de régime en dehors des élections ou du référendum comme le détermine notre Constitution, a-t-il souligné, avant d’inviter les populations congolaises à se mobiliser pour les élections dont le calendrier est connu de tous.

Parlant de la marche organisée par le Comité laïc de coordination (CLC), M. Atundu, a indiqué que l’église catholique est instrumentalisée comme cheval Troie des ambitions de politicien sans foi ni loi.

« Les propos de certains politiciens associant cette initiative de certains chrétiens à leur action politique doivent être condamnés », a-t-il affirmé, précisant que leur objectif réel et de prendre le pouvoir par le moyen non démocratique.

Selon Atundu, le processus électoral en cours offre aux acteurs politiques une occasion de se racheter devant le peuple non pas par des villes mortes ou des marches sans objet réel, mais un engagement constructif en faveur du processus électoral, de la démocratie et du développement de notre pays.

En outre, la MP a émis le souhait de voir Mme Leila et Mgr Ambongo, nommés respectivement représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies à la tête de la MONUSCO et évêque coadjuteur de Kinshasa, contribuer activement à l’unité du peuple congolais, en évitant de nourrir toute source de conflit au sein de la société congolaise, car l’unité est supérieure aux conflits.

ACP/ MCN

Poster votre commentaire

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici