Ecoutez cet article

“À jamais reconnaissant envers la ville (Beijing). L’aventure était incroyable. Nous avons marqué tous ces buts ensemble. Nous avons remporté cette Coupe ensemble. Ensemble, nous l’avons fait. Aux fans, au staff, à mes coéquipiers, à mes nouveaux amis, à la ville. Merci. Vous allez tous me manquer”, c’est par ce sobre message laissé sur son compte Twitter, que Cédric Bakambu a fait ses adieux au Beijing Gouan, club où il a vécu ses quatre dernières saisons, dans un pays où le foot se recherche encore son aura.

L’international congolais s’en va du club chinois. Fier d’un bilan de 58 buts en 85 rencontres, d’une Coupe de la Chine remportée en 2019, d’un rang de vice-champion de la Chinese Super League, et demi-finaliste de la Ligue des Champions Asiatique. L’aventure aura été incroyable comme il le dit lui-même. Autant incroyable que le joueur formé au FC Sochaux, a résolument jouer pour les Verts du Beijing plus d’années que celles attendues à son départ de Villarreal. C’est à cause de l’argent, diraient certains. Ce qui n’est pas faux, pas entièrement vrai non plus. Le but pour Cédric était de continuer à prendre du plaisir, même éloigné du vieux continent, c’est ce qu’il aura fait durant ses 4 années en Asie. L’argent n’en reste pas moins un facteur déterminant dans son choix, mais peut-être pas le seul.

Retour en Europe, mais où ?

Et maintenant que l’épisode Beijing appartient à la mémoire de l’histoire, quelle direction prendra Cédric Bakambu pour la suite de sa carrière ? Un retour en Europe est plausible et limite inévitable. À 30 ans, le natif de Vitry-sur-seine, n’a pas perdu toutes ses jambes pour faire chavirer les fans dans une arène européenne. Cependant, la vraie question demeure de savoir ; quel est son futur point de chute ?

Bakambu ne manque pas d’options. Entre la Turquie, l’Angleterre, un retour en Espagne (Valence, Betis Séville) et une signature en Italie, où son nom a bien souvent été évoqué du côté de la Fiorentina ou de la Lazio de Rome. Des intérêts sommaire, spécieux, qui n’ont parfois rien de concret dans leur fond, mais loin d’être une fumée sans feu. À tout ceci, il faut ajouter la sempiternelle saga « Bakambu à Barcelone ». Elle était de retour cette saison, et sera nul doute plus amplifiée en janvier 2022, du moment que le buteur congolais est un joueur libre de tout contrat, et qu’il coûterait zéro euro au Barça. Quitte à le convaincre de renoncer à son salaire pharaonique qu’il percevait dans l’Empire du Milieu.

Fenerbaçe, Galatasaray, la Super Lig turque pousse

Le Barça semble divisé entre l’idée de rapatrier Bakambu sur les terres de ses exploits, et tenter de convaincre Sébastien Haller, buteur insoupçonné de l’Ajax Amsterdam, celui qui la misère partout où il passe (déjà 9 buts en Ligue des Champions cette saison). Alors que le club Catalan réfléchit, les sirènes de la Super Lig turque n’ont point de cesse d’alerter Bakambu. L’intérêt est presque réel, à en croire la presse du pays de Tayip Erdogan.

Le Fener et son rival Galatasaray sont prêts à se livrer dans une rixe hors terrain, afin de s’attacher les services de Bakambu. Le joueur lui-même a dit récemment qu’il voulait revenir en Europe, et se trouver un club compétitif où il jouera davantage. Fenerbaçe et Galatasaray ne sont pas moins que ses attentes. La future destination du désormais ancien joueur du Beijing Gouan sera au cœur de plusieurs rumeurs, et d’une importante agitation dans la presse jusqu’à l’affaire se concrétise.

Isaac B’ampendee
Footrdc

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici