Ecoutez cet article

Ce parti cher à Jean Pierre Bemba Gombo dresse un bilan élogieux de son parcours Politique au pays de Lumumba depuis son existence. Avec un leader incontesté, cette formation politique a fait une traversée du désert politique sans son visionnaire détenu à la Haye et parvient aujourd’hui à se hisser dans le parloir politique de la RDC.

Le surnommé chairman, Jean Pierre Bemba est un homme politique Costaud qui incarne un charisme sans précédent dans les rouages politiques comme de la RDC.

L’ancien vice-président de la RDC a su maintenir le cap avec son parti alors qu’il fut détenu en prison à la Haye à la cour pénale internationale. Durant cette période dure, Jean Pierre Bemba n’a pas désarmé, sa formation politique a été moralisée et battu sur les fondements solides capables d’opposer une résistance à toute éventualité dans sillage politique congolais.

Le président du MLC est l’un des rares leaders qui n’a pas cédé à la pression judiciaire pour museler son parti et abandonner ses militants. Avec son porte-parole, le député National Raphaël Kibuka, le Mouvement de libération du Congo, gère une communication politique avec un ancrage de haut niveau.

Cet élu du Mont-Amba maintient à juste titre l’image du MLC, une image ternie par plusieurs politiciens pour des besoins mesquins et égoïstes.

Les 10 choses qu’il faut retenir du parcours du MLC en RDC:

  1. Le MLC, mouvement politico-militaire à sa création, a participé à la libération du pays de la dérive autocratique vers laquelle il était mené après l’espoir né de la recomposition du paysage politique.
  2. Le MLC a activement participé à la réunification du pays et au rétablissement de l’autorité de l’Etat à l’époque où son administration par des forces rivales avait consacré sa partition.
  3. Sa participation à l’expérience gouvernementale au sortir de la belligérance, le MLC est à l’origine d’une gestion des finances publiques sur la base d’un budget bien ficelé, non pas pour la forme, mais comme une exigence et un marqueur indispensable pour une nouvelle gouvernance.
  4. Le MLC a contribué à hauteur de 20.000 hommes à la création des FARDC.
  5. Le MLC est l’un des rares partis politiques au monde, à l’instar de l’ANC de Nelson Mandela, à avoir survécu à l’absence de son président pendant de longues années.
  6. Le MLC a un enracinement réel dans le pays. Son ancrage territorial fait de lui un parti à vocation nationale, apte à concevoir des stratégies de conquête du pouvoir qui mobilisent et impliquent les fils et les filles de l’ensemble du pays.
  7. Le MLC s’est battu, aux côtés des autres forces politiques, à la construction du consensus grâce auquel une Constitution a été mise sur pied, laquelle a permis de poser les jalons de la démocratie et de l’Etat de droit.
  8. Le MLC, parti politique, s’est imposé comme l’un des grands partis politiques du pays, l’un des mieux implanté dans les coins et recoins de la RDC, comme cela a été rappelé.
  9. Le MLC a joué autant que les autres partis pendant années, un rôle de leader et de fer de lance des forces d’opposition, et cela jusqu’il y a peu.
  10. L’objectif d’un parti politique étant la conquête du pouvoir, seul ou en alliance avec d’autres forces, le MLC reste engager dans cette voie, par des moyens démocratiques, dans l’objectif d’assurer le passage total du pays vers une gouvernance qui lui permette de redonner espoir à nos concitoyens meurtris par des décennies de désespoir.

Jean désiré Mukanz
Bosolo

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici