Ecoutez cet article

Le parti présidentiel, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), se projette déjà dans l’avenir avec comme objectif 2023. L’optique est de donner un second mandat à l’actuel chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, avec en bonus une majorité parlementaire. Jacquemain Shabani, président de la Commission électorale permanente du parti (CEP) tout comme d’autres acteurs sont à la manœuvre. En même temps, Augustin Kabuya, Sg de l’UDPS, n’a pas tardé à recadrer le Sp du PPRD Ramazani Shadary suite aux propos tenus par ce dernier lors de ses meetings dans l’ex-Katanga.

Projection dans l’avenir, c’est la compétition avant le temps qui s’annonce dans les différents états-majors de principaux partis politiques en RDC. Et loin de se faire des cadeaux, chacun y va dans la phase de la mobilisation sur terrain. Le parti présidentiel, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), s’y emploie avec dans le feu de l’action plusieurs cadres.

Jacquemain Shabani, président de la Commission électorale permanente de l’UDPS (CEP) a donné le ton depuis le 22 octobre devant les jeunes de l’UDPS, à Lemba Nord.

Dans une rencontre sous le thème « La jeunesse face aux enjeux de l’heure, objectif 2023 », Jacquemain Shabani a dressé un tableau d’évaluation du processus électoral 2018 au sein du parti en général, mais aussi dans la section qui l’a reçue avant toute projection dans l’avenir.

Pour mieux préparer 2023, Me Jacquemain Shabani a demandé au comité sectionnaire de s’approprier les arriérés électoraux de 2018 par la sélection des candidats aux élections municipales et locales ainsi que la mise en état des structures du parti pour la victoire glorieuse de l’UDPS aux prochains scrutins à l’échéance 2023. Et dans sa conclusion, le président de la Cep a signifié aux combattants que l’actuel président de la République devrait bénéficier du soutien de toute la base pour un deuxième mandat avec une majorité parlementaire.

LES ANTIVALEURS DÉNONCÉES

En réaction à l’actualité, avec notamment les allégations de détournement des deniers publics sous le régime de Félix Tshisekedi telles que dénoncées à Lubumbashi par le Parti du peuple pour la reconstruction et démocratie (PPRD), des réactions fusent à l’UDPS.

Au cours d’une matinée politique du dimanche 27 octobre au siège du parti présidentiel à Limete, le Sg l’UDPS Augustin Kabuya a vigoureusement réagi.

« Le Secrétaire permanent du PPRD Emmanuel Ramazani Shadary, tout le monde sait ce qu’il a fait dans ce pays. Il s’est permis à Lubumbsahi de qualifier l’UDPS comme un parti des milices. C’est une opportunité de lui dire que l’UDPS est un parti politique non violent. Aucun membre de l’UDPS est sous sanction de la communauté internationale ». S’ agissant des accusations des détournements, Augustin Kabuya s’est exprimé en ces termes : « C’est également une occasion de lui dire que c’est irresponsable de sa part. 65% du gouvernement est composé des membres du FCC. Toutes les régies financière es ainsi que toute la chaine de la dépense sont entre les mains du FCC. Ils savent à quel niveau ils avaient laissé ce pays. Cela ne sert à rien de polémiquer ».

Une autre réaction est celle de Me Jacquemain Shabani. Sans tergiverser, ce dernier a chargé l’ancien régime de Joseph Kabila d’avoir érigé au pays un système corrompu qui gangrène la société congolaise. « Le Président Félix Tshiseki edi a battu campagne avec l’un de principaux thèmes qui était la lutte contre la corruption. Et cette antivaleur qui gangrène la société est le fruit d’une politique mise en place par le PPRD depuis plusieurs années. Je crois que nous devons avoir non seulement la mémoire fraîche mais aussi plus de respect pour le peuple congolais lorsqu’on communique », a-t-il réagi.

LE CHEF DE L’ÉTAT A DECIDE DE « DEBOULONNER » CE REGIME DE L’IMPUNITE

D’un coin de mobilisation à l’autre, le secrétaire exécutif de la Ligue des jeunes de l’UDPS, Ted Beleshayi, a appelé la jeunesse de la fédération de la Tshangu à soutenir les actions du président de la République Félix Tshisekedi, notamment la gratuité de l’enseignement de base. C’était au cours d’un meeting tenu le week-end 26 octobre au quartier III dans la commune de Masina.

L’objectif de la manifestation était non seulement de « réarmer » moralement les jeunes de l’UDPS, mais aussi de les inviter à soutenir mordicus les actions du chef de l’État. Il était question d’appeler les militants de ce parti politique à l’unité en vue de se frayer le chemin pour les prochaines élections.

D’entrée de jeu, le secrétaire exécutif de la Ligue des jeunes de l’UDPS, Ted Beleshayi, a salué les actions du président de la République en l’espace de dix mois avant de recadrer le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) accusant l’actuel régime d’entretenir l’impunité. « Nous rappelons à nos amis que le chef de l’État a décidé de ‘‘déboulonner’’ ce régime de l’impunité qu’il a trouvé. Et, ce déboulonnage se fera grâce à la force et à la détermination de la jeunesse. C’est ainsi que nous leur disons que toutes les antivaleurs que le chef de l’État a trouvées, seront abolies à travers la réforme de la justice. Pour cela, qu’ils se calment, du fait que nous à l’UDPS nous avons opté pour un État de droit », a rétorqué Ted Beleshayi.

Dans cette logique, il a rappelé au secrétaire général du PPRD, Emmanuel Ramazani Shadari, que l’UDPS est un parti bien civilisé dans la mesure où elle a accédé au pouvoir sans faire appel à la violence. « C’est notre parti qui est civilisé, du fait que nous avons pris le pouvoir sans recourir au bain de sang. De ce fait, notre parti prône la non-violence et la paix » , a-t-il fait valoir. Et d’ajouter : « Je ne sais pas par quelle magie l’ex-président Joseph Kabila, en se portant candidat, va remporter les prochaines élections. Donc, il n’a aucune raison de briguer la présidence en 2023 à cause de la mauvaise foi manifestée par son régime afin de sortir le pays du gouffre de la pauvreté ».

De son côté, le président de la Ligue des jeunes de la fédération de la Tshangu, Elvis Kaniki, a indiqué que le chef de l’État bénéficie du soutien de la majorité des Congolais avant de présenter, tour à tour, les chefs de sections venus de différentes communes de la Tshangu. Il a, par la même occasion, invité les jeunes à la discipline en préservant l’unité sans laquelle leur parti ne gagnera pas les élections en 2023.

Le Potentiel

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici