Écoutez cet article

Olive Lembe Kabila entend prêcher par des exemples pratiques en matière de l’agroalimentaire. Elle a été au four et au moulin le week-end dernier en réalisant deux grandes activités. Avant d’inspecter les activités agro-pastorales installées à la ferme de Kengele, à Boma, dans le Kongo Central, la Première dame honoraire a inauguré auparavant les restaurants gastronomiques aménagés dans 3 avions perchés sur le Mont Ndeke à Nsele.

C’est pour prêcher par l’exemple que l’épouse de Joseph Kabila a résolu de troquer ses beaux habits de grande dame contre la tenue d’agricultrice qu’elle adore, du reste. En veritable entrepreneure, elle est allée inspecter les activités du projet agroalimentaire vieux de plusieurs années, implanté au sein de la Société des Grands élevages (GEL) à Boma, renseigne le site en ligne africanewsrdc.net.

En sa compagnie, deux experts en la matière, le Hollandais Jochun Uld Pioeg et le Dr Mohamad Farran, sujet libanais, pour une expertise en vue d’industrialiser la production, « C’est un travail de longue haleine dont l’objectif est d’industrialiser notre agriculture, notre élevage« . C’est en ces termes que Marie-Olive Lembe a présenté un échantillon de la production du site aux experts libano-hollandais.

Félix Mayanga et le Dr Issa Kanda ont fourni toutes les explications possibles concernant la reproduction, les traitements médicaux des animaux ainsi que leur castrage et leur alimentation. Bref, toute la gestion du pâturage au sein de GEL.

Dans la foulée, la délégation a pu visiter plusieurs unités de production agricole et de l’élevage du site, notamment l’élevage de bovins, la plantation des palmeraies, la rizière et l’abattoir, précise la source.

GEL: TROIS FERMES DE 114 000 HECTARES

La société des Grands élevages comporte des fermes de Kengele, avec une superficie d’environ 28.000 hectares, de Boma -environ 85.000 hectares- et de Tshela -environ 1.000 hectares. La société, qui emploie à ce jour environ 200 ouvriers, pour la majorité des villageois riverains, se plaint de quelques difficultés d’ordre fiscal.

Dans le souci d’améliorer les conditions sociales de ses employés, GEL a construit un dispensaire qui offre des soins gratuits aux agents et à leurs dépendants, ainsi que des écoles pour la scolarisation de leurs enfants.

Fière de son œuvre, la Première dame honoraire a fait part de son projet de produire localement les aliments devant servir d’abord à la consommation locale puis à l’exportation dans un second temps. En effet, très visionnaire, elle a alerté sur la famine dont pourraient souffrir les Congolais les jours à venir. « Si nous ne faisons pas attention, nous allons souffrir de la famine. Ce secteur est porteur d’activités économiques et commerciales« .

LA FERME DE KENGELE, VIEILLE DE 112 ANS

Vieille de 112 ans, la ferme de Kengele a été longtemps abandonnée avant de passer du colon belge au clan Mobutu. Sa gestion calamiteuse l’a fait sombrer jusqu’à l’arrivée du couple Kabila Kabange qui l’a acquise légalement. Avec pour vision: produire et consommer localement mais aussi offrir de l’emploi aux compatriotes.

C’est toute contente d’avoir redonné de la vie à ce site qui était moribond que sa propriétaire a choisi d’en parler aujourd’hui. « Je voudrais vous faire visiter l’intérieur du pays, notre si beau et cher pays. A Kinshasa, on a tendance à oublier qu’à l’intérieur il y a une vie« , a motivé Marie-Olive Lembe Kabila. Et de poursuivre: « parfois tout le monde peut apporter sa pierre à l’édifice pour le bien-être de nos populations. Ce beau pays a une histoire. Il y a 60 ans, la RD-Congo était premier pays producteur de la viande bovine, avec en moyenne plus de 145.000 têtes de bétail« .

L’épouse de Joseph Kabila Kabange a profité de cette visite pour parler un tant soit peu de son mari d’ex-président, qui, selon elle, a été mal compris, faute d’avoir communiqué ou pas assez communiqué.

« Joseph Kabila a compris cela. Il a été mal compris et parfois il n’a pas voulu communiquer tout ce qu’il entreprenait. Ce n’est pas de sa faute, il est de nature taiseux. Voilà pourquoi, à travers cette visite, nous voulons stimuler les compatriotes à s’intéresser aux activités agro-pastorales » , a-t-elle rappelé.

Elle a par ailleurs évoqué les réformes initiées durant la présidence de son mari pour encourager des investissements dans l’agroalimentaire, tout en déplorant la lourdeur du système fiscal congolais. « Malheureusement, notre système fiscal -avicole, agricole, d’élevage- est trop lourd. Ce qui fait que nombreux se désintéressent à ce secteur, pourtant vital » , a cependant déploré Olive Lembe Kabila.

Celle-ci a profité de son séjour chez les siens pour consoler sa cousine Mado à Boma, devenue récemment veuve.

INAUGURATION DES RESTAURATIONS GASTRONOMIQUES

Avant de s’envoler pour le Kongo Central, Olive Lembe a d’abord inauguré les restaurants gastronomiques aménagés dans 3 avions installés sur le Mont Ndeke, au Parc de la Vallée de la N’Selé.

En présence de l’ex First Lady, Olive Lembe Kabila, et des dizaines d’invités triés sur le volet, le Parc a inauguré pour les amateurs des plats raffinés, traditionnels ou modernes, ses restaurants gastronomiques et une boîte de nuit aménagés à bord de 3 vieux avions remontés et relookés, sur le Mont Ndeke, à 690 mètres d’altitude. Le Parc de la Nsele constitue une réserve naturelle de 20.000 hectares entretenue par le président honoraire Joseph Kabila.

Un luxueux hôtel de sept chambres, installé dans le flanc de la montagne, vient renforcer et donner un nouveau standard à Nsele River Lodge, la branche hôtelière de ce complexe. L’ex-président s’est mis avec réussite à la promotion du tourisme et du développement durable à travers trois autres parcs à Kashamata et Kimiliango dans le Haut-Katanga, et sur l’Île de Mateba au Kongo Central.

PARC DE LA VALLEE DE LA NSELE, POUMON VERT DE LA VILLE

À côté de la conservation de la nature, le fleuron du groupe, le Parc de la Vallée de la Nsele, offre en plus de la restauration jadis assurée par le Gazebo, un safari dédié à découvrir différents animaux et les aventures via une autre activité phare, la tyrolienne, la plus longue d’Afrique.

Le Parc de la Vallée de la Nsele sert aujourd’hui de poumon vert pour la ville de Kinshasa. Il consomme la plus grande partie du C02 émis par la capitale, en plus de servir de laboratoire aux chercheurs. Il compte un dispensaire avec des soins de santé gratuits accessibles à tous les villageois du Plateau de Bateke, assure le ravitaillement en eau potable fournie par ses sources aménagées grâce un système de pompage et des robinets ainsi que l’évacuation des produits vivriers des villages environnants avec ses 80 km de routes, sans compter la création de 30 métiers.

Dans les trois prochaines années, rapporte africanewsrdc.net, le Parc ambitionne d’être dépendant de l’énergie verte produite dans ses propres installations, grâce aux panneaux voltaïques, la méthanisation 1 MW, l’éolienne et une petite centrale hydroélectrique de 2 MW installée sur la rivière Nsele. Pour l’épouse du sénateur à vie Joseph Kabila, les réalisations de ce Parc sont les fruits d’un travail acharné, plus dur que n’importe quel métier.

Pour arriver à réaliser cette réserve naturelle, il a fallu replanter plus de 200.000 arbres dans ce parc, tandis que la ferme Espoir en avait planté plus d’un million, par Joseph Kabila.

Kléber KUNGU
Forum des as

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici