Ecoutez cet article

Le président de la plateforme Alliance des Mouvements du Kongo (AMK), André Claudel Lubaya souhaite qu’il y ait un accord à Kinshasa entre les signataires des accords de Genève et de Nairobi pour maximiser les chances de rapporter les élections face au candidat du Front Commun pour le Congo (FCC). Dans une interview accordée ce samedi 24 novembre 2018 à actualite.cd, André Claudel Lubaya demande à Félix Tshisekedi désigné candidat de la l’UDPS et de l’UDPS et à Martin Fayulu candidat de la coalition Lamuka, de se mettre ensemble pour espérer à une victoire.

Pourquoi cette proposition?

Il faut éviter de parler de ceux de Genève et de Nairobi, c’est un accord entre congolais déterminé set engagés à en finir avec les 17 ans du pouvoir de Kabila qui entend se muer en pouvoir du FCC. L’accord que j’appelle celui de Kinshasa, fait à Kinshasa, conçu à Kinshasa, signé à Kinshasa, aura l’avantage de mettre ensemble, la même vision du Congo, la même vision de l’alternance, la même vision de la victoire sur le FCC. L’accord de Kinshasa aura l’avantage d’être un accord parfait. L’accord de Genève est un bon accord, l’accord de Nairobi est un bon accord mais celui de Kinshasa aura l’avantage d’être un parfait parce qu’il va consolider l’unité de l’opposition, constituer une arme nucléaire, un bouclier atomique qui va anéantir une fois pour toute et étouffer dans l’œuf, toutes les ambitions hégémoniques du FCC.

Comment y arriver?

Je crois que nous y sommes presque, du moment que tout le monde, tous les acteurs sont animés du même sentiment, du même objectif, celui d’en finir avec le régime de monsieur Kabila, celui de battre Shadary et le FCC à tous les niveaux, je pense et je suis convaincu que nous y sommes, et que ce qu’il faut, que les hommes qui se sont parlés à Genève et à Nairobi se retrouvent et se reparlent cette fois là sous l’arbitrage des congolais que nous sommes et devant le peuple congolais pour qu’on en finisse.

Mais le temps ne joue pas en votre faveur ?

Nous sommes à 27 jours des élections, il faut que nous ayons cet accord de Kinshasa pour vaincre Shadary et le FCC, c’est encore possible.

Qui de Tshisekedi ou Fayulu devrait laisser la place à l’autre ?

Je n’ai pas la prétention de dire qui de deux devra laisser la place à l’autre. Ici il est plutôt question que les deux groupes se mettent ensemble et fasse émerger une seule candidature, qui va nous faire gagner tous et faire gagner le peuple congolais.

Pensez-vous que ce qui était impossible de Genève peut se faire à Kinshasa ?

Genève c’était à 8 milles kilomètres de Kinshasa, Nairobi c’était à 3 ou 4 milles kilomètres de Kinshasa, mais Kinshasa au vu et au su du peuple congolais, je crois que c’est possible. La terre congolaise contient le sang de Lubaya, Rossy Mukendi, Thérèse Kapangala, Lumumba, Kimbangu, le sang de tous ces martyrs qui sont tombés dans le cadre de la lutte pour la libération de notre peuple, et je crois que c’est possible que ce sang interpelle chacun de ces leaders, pour qu’au 23 décembre, le peuple congolais donne l’exemple en Afrique en remportant ces élections.

Sans cette unité l’opposition ne gagnera pas face à Shadary ?

Les chances de gagner seraient minimes, je pense qu’il faut plutôt les capitaliser, et s’assurer surtout grâce à la mobilisation générale et la surveillance, d’une victoire éclatante, incontestable et qui mette définitivement fin au pouvoir en place.

S’il y a pas un accord à Kinshasa, personne entre Tshisekedi et Fayulu ne gagnera face au candidat du FCC ?

Unis nous sommes forts, divisés, nous sommes faibles.

Qui doit prendre l’initiative ?

Les congolais que nous sommes.

Interview réalisée par Stanys Bujakera Tshiamala

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici