L’ancien président de la République, Joseph Kabila, a fait un comeback politique, en choisissant de se présenter pour la toute première fois, mardi, au sénat congolais pour prendre officiellement son siège de sénateur à vie.

“Le président Kabila est un modèle d’homme d’Etat. Car respecter la Constitution est une chose, mais l’observer et surtout la mettre en application en est une autre”, soutient Néhémie Mwilanya, le coordonnateur du Front commun pour le Congo (FCC), plateforme de l’ancien chef de l’État.

“Le président avait déjà promis qu’il respectera la Constitution quand au troisième mandat et il l’a fait”, rappelle M. Mwilanya.

Entre temps, le successeur de M. Kabila, le président Félix Tshisekedi, est au centre d’une controverse concernant une possible violation de la constitution, selon des personnalités politiques et des membres de la société civile, suite aux changements qu’il a opérés au sein de l’appareil judiciaire.

M. Kabila a fait son entrée au sénat sous les applaudissements de ses collègues, majoritairement du FCC, mais aussi de l’assistance.

“Je crois qu’il faut y voir une marque d’humilité et une marque de simplicité”, selon M. Mwilanya. “C’est un modèle, je crois, d’homme d’Etat”, a-t-il conclu.

VOA Afrique

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici