L’activiste des droits de l’homme, Christopher Ngoyi, a été désigné candidat de “la société civile de la République démocratique du Congo” pour la présidence de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Dans une interview accordée à 7SUR7.CD le jeudi 18 juin 2020, Jean-Bosco Puna, secrétaire permanent de la société civile de la RDC, affirme qu’il n’y a pas d’incompatibilité entre sa fonction au sein du fonds national de solidarité contre la covid-19 et celle de la présidence de la CENI.

“La fonction qu’il occupe au niveau du fonds pour la solidarité est une fonction qui n’est pas politique, car le fonds est normalement social. Je crois qu’il y a aucune incompatibilité avec la fonction qu’il occupe aujourd’hui parce qu’il n’est qu’un simple membre de la coordination. Donc le camarade Christopher Ngoyi Mutamba répond bel et bien au profil de quelqu’un qui peut réellement diriger la CENI…”, a déclaré Jean-Bosco Puna.

Toutefois, le secrétaire permanent de la société civile de la RDC, annonce que Christopher Ngoyi Mutamba n’a pas abandonné son combat de la réforme de la CENI, malgré sa candidature.

“…le premier combat pour nous est effectivement la réforme de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI. Nous n’avons pas abandonné ce combat, c’est-à-dire pour nous il faut que ce combat soit mené pour que nous puissions avoir une loi qui sécurise toutes les parties prenantes. Mais vu que nous avons constaté la présence des gens qui ont travaillé dans l’équipe précédente, nous nous disons ce n’est pas possible et voilà pourquoi à notre niveau nous présentons la candidature de Christopher Ngoyi”, conclut-il.

Entre temps, le flou persiste toujours sur le choix de Ronsard Malonda à la tête de la CENI. La plateforme des confessions religieuses et plusieurs regroupement de la société civile sont divisés quant à ce.

Si certains sont favorables au choix de Ronsard Malonda, d’autres par contre soutiennent que la réforme de la loi électorale doit être une priorité. Ainsi l’élection de nouveaux dirigeants de la CENI doit être subordonnée à cette réforme.

Rappelons également qu’un rapport annuel de 2019-2020 a été déposé à l’Assemblée nationale par le président de la CENI, Corneille Naanga, et la question de l’élection au sein de son organisation a été également évoquée.

Roberto Tshahe

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici