Ecoutez cet article

Félix Tshisekedi, c’est son choix du cœur et de la raison. Samy Badibanga a annoncé son candidat à la présidentielle de 2023.

Des milliers de militants des Progressistes ont aussitôt commencé à entonner des chansons à la gloire de Fatshi. Le choix a été vite adoubé par tous les chefs des partis membres de la plateforme. Preuve que la vision Fatshi pour un Congo émergent avec le changement de paradigme de gestion séduit de millions de Congolais.

Badibanga grossit la liste des principaux soutiens de Félix Tshisekedi. Alors que d’autres cadres de premier rang de l’Union sacrée calculent encore, lui a fait son choix par conviction. L’ex-PM a promis de battre campagne pour le président de la République. Il va sillonner villes et villages pour vendre le projet politique du fils Tshisekedi. Des relais de la plateforme disséminés à travers les 26 provinces abattent déjà un travail extraordinaire sur le terrain pour préparer la population à renouveler sa confiance au chef. De manière claire, militants et cadres « Progressistes » s’investissent déjà pour la réélection de Tshisekedi.

« Notre objectif, c’est 2023 pour faire élire notre champion, Félix Tshisekedi. Les Progessistes, c’est un regroupement fort. Nous devons nous unir, unir nos forces pour aller aux élections avec le but de tout rafler. Voilà pourquoi la discipline doit régner. Nous irons aux élections de manière groupée car notre ambition est connue. Il s’agit de participer aux élections à tous les niveaux », a expliqué le chef de file des Progressistes.

La machine Progressite est désormais huilée

Avec 11 partis membres et plusieurs associations, la plateforme s’est forgée une autre stature. Elle dispose de longues ailes pour voler plus haut que beaucoup de prétendants qui seront sur le même starting-bloc électoral en 2023. L’opération de mobilisation de nouveaux adhérents a été lancée. Nombreux se sont faits identifier.

En marge du 4ème anniversaire du regroupement, l’autorité morale a remis des oripeaux aux dirigeants de tous les partis membres de la plateforme. Samy Badibanga veut que son regroupement ratisse large.

Tous les militants doivent être identifiés, et surtout avoir des cartes de membre de la plateforme. « Et sur base de la compétence de chacun, il leur sera attribué des rôles », a ajouté Badibanga. En homme genré, le numéro 1 des Progressistes a promis d’aligner plusieurs candidates femmes sur les listes de la plateforme aux prochaines élections.

« Je voudrais dire aux mamans que notre regroupement est un regroupement qui promeut la femme, qui valorise les compétences féminines. Et voilà pourquoi nous accordons une part importante aux femmes. Lors des élections, nous alignerons beaucoup de mamans sur nos listes », a insisté Badibanga rappelant au passage le rôle moteur que joue au sein de la plateforme Dorothée Gizenga, la fille du défunt chef du PALU, Antoine Gizenga Fundji, le nationaliste qui s’est battu aux côtés de Lumumba arracher aux mains de Belges, l’indépendance du pays. Tout un symbole.

Aux jeunes, l’autorité morale des Progressistes a dit fonder beaucoup d’espoirs en eux car ils constituent, selon lui, l’avenir de demain. « Nous fondons aussi notre espoir en la jeunesse. Et la jeunesse doit jouer un grand rôle. Les ligues des jeunes sont appelées à se souder, à mener des actions communes sur le terrain pour affirmer l’ancrage de la plateforme sur le terrain », a-t-il ajouté.

Etienne Tshisekedi et Antoine Gizenga, des leaders de référence

Aux Progressistes, on se bat pour le peuple et rien que pour le peuple. Devant les cadres et militants des Progressistes, Dorothée Gizenga a rappelé que de son vivant, le patriarche Antoine Gizenga, disait toujours « le peuple vaincra ». Et Etienne Tshisekedi a ajouté : « Le peuple d’abord ». Une complémentarité dans leur vision politique qui prouve que les deux leaders avaient le souci de l’épanouissement des Congolais qu’ils ont d’ailleurs servis jusqu’à la mort.

Sur les traces du sphinx, Badibanga a salué la lutte de ces deux héros qui ont mené, explique-t-il, un grand combat pour le bien-être du peuple. Des exemples à suivre, a-t-il confié.

A la fin de la manifestation, Samy Badibanga a été porté en triomphe par des milliers de militants. Quelques mètres de procession, puis le sénateur élu du Kasaï oriental a quitté le lieu sous les ovations de ses inconditionnels.

Jeanric Umande
Ouragan

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici