Ecoutez cet article

L’avalanche d’actes de représailles qui se sont succédés contre Jean-Marc Kabund depuis qu’il s’était indélicatement compromis en désarmant un élément de la garde républicaine en service, démontrent à suffisance combien le président intérimaire de l’UDPS était un homme puissant.

Non seulement a-t-il fallu bien réfléchir sur les décisions juridiquement inattaquables à prendre contre l’incivique, mais il était raisonnable de tout faire pour que l’on sauve l’image de marque du chef de l’État, se rassurer que le parti ne prendra pas feu suite au départ brutal du président a.i dont le mandat spécial signé de la main du président Félix Tshisekedi garde encore son caractère souverain jusqu’à la fin du mandat d’Etat du président de la République, mais aussi et surtout, tout faire pour ne pas briser l’unité kasaienne autour de Tshisekedi.

Réunions politiques, conciliabules de haut niveau, rencontres secrètes et même une certaine requalification d’intérêts auraient été scrutés. Il fallait prendre au sérieux le poids de Kabund dans le système politique actuel : son influence non négligeable au sein de l’Union sacrée, son poids dans le bureau de l’Assemblée nationale, son assise et ses ramifications au sein du parti présidentiel UDPS, son emprise sur certains membres influents du gouvernement et dans une certaine mesure dans le cabinet du chef de l’État, ses accointances souteraines avec le système de sécurité et des forces de l’ordre etc. Tant de paramètres bien regardés avant de signer l’arrêt de mort politique de ce jeune homme choisi secrétaire général à l’époque par le sphinx Étienne Tshisekedi Wa Mulumba lui-même.

Enfin, Kabund reçoit le coup de pied

La Convention démocratique a fini par exclure définitivement le député Jean-Marc Kabund de l’UDPS et consacrer Augustin Kabuya comme secrétaire général du parti. Étant donné les dégâts causés par cette grave crise qui a secoué le sommet de l’État, Il est prévu l’institution d’une commission de réparation et de réconciliation ainsi que le remplacement de Jean-Marc Kabund de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale. Des résolutions massues, bien réfléchies et suffisamment argumentées ont sanctionné les assises précipitées de ce samedi 29 janvier 2022.

Quatre (4) résolutions pondues par la Convention démocratique ( CDP) du parti (UDPS) ont été rendues publiques samedi dans la soirée, vers 18h45′ au cours d’une session extraordinaire de la structure à la permanences de l’UDPS à Limete. Peu avant, c’est la commission de discipline qui avait levé l’option de le destituer de ses fonctions au sein de l’UDPS pour notamment escroquerie dans la vente des cartes des membres, violences physiques sur les combattants, refus de répondre aux invitations de la commission de discipline, superficie excessive politique en s’autoproclamant informateur pour la mise en place de la coalition FCC-CACH, le manque de dignité pour la fonction, l’agression répétée contre les éléments de la garde républicaine et Tutti quanti. Ensuite, Kabund a tout simplement été exclu du parti.

Est-ce la fin du puissant Kabund ?

Rien n’est moins sûr. Son deboulonnage du parti n’est qu’une étape. L’homme est toujours député national élu de l’UDPS et depuis quelques mois, élevé au prestigieux poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale. Bien que privé de sa garde rapprochée, Kabund conserve tout son répertoire politique au sein de l’Union sacrée, au gouvernement et dans les services. Un palmarès qui pourrait pèser lourdement dans la déstabilisation ou non de l’actuel régime. Décidément, la réconciliation des filles et fils de l’UDPS et de l’Union sacrée se fera sans Kabund. Étant donné que la dékabundisation du régime passera certainement par la chute totale ou partielle du bureau Mboso, une retouche obligatoire de l’équipe gouvernementale et une structuration rapide de la coordination de l’Union sacrée.

Jeanric Umande
Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

1 COMMENTAIRE

  1. L’UDPS Frappée d’Anathème
    Tel père, tel fils, tel n’est pas le comportement qu’affiche l’UDPS d’Etienne Tshiskedi, le parti que tu diriges. Bien que son fils biologique, ton agissement est contraire à la philosophie de ton père. Ce dernier était réputé célèbre pour sa discipline, sa droiture et sa fermeté vis-à-vis toute tentative adverse. La déontologie professionnelle lui était d’une importance capitale. Contrairement au Sphinx de Limete, Il se dégage une réalité selon laquelle tu es un hédoniste à outrance. Entouré de voleurs et des délinquants, la grande problématique autour de la laquelle gravitent autant de questions qu’il y a des grains de sable sur la terre est celle de savoir si tu ne l’es pas-toi toi-même. L’Etat de droit que tu prêches se caractérise par la primauté de droit. Autrement, tous les citoyens congolais sont égaux devant la loi à commencer par le Chef de l’Etat Congolais que tu es jusqu’au simple citoyen. Paradoxalement à ta vision, la situation que vit le Congolais sous ton administration est catastrophique et ne diffère en rien de celle de tes prédécesseurs. Ton régime excelle par une croissance en exponentiel des scandales dans presque tous les secteurs socio-économiques de la RDC. Tes conseillers peuvent agresser tout citoyen congolais et détourner autant de deniers publics qu’ils peuvent sans avoir des comptes à rendre. Les dignitaires de Mobutu et sa famille biologique firent de même pendant leur ère. Les Kabilistes ont répliqué le même comportement. Ton régime leur emboîte le pas. La justice sous ton égide comme dans le passé est totalement sélective. Ton leadership a tendance à plaire et à donner gain de cause à ceux qui t’ont propulsé au pouvoir au détriment du peuple congolais que tu es appelé à servir. Ton gouvernement blanchit les ennemis farouches de la RDC pour tout crime commis à l’endroit de ton peuple. Ceux qui ont exterminé les congolais sont devenus aujourd’hui les meilleurs amis de l’UDPS. Une autre évidence qui prouve à suffisance que l’Etat de droit que tu prônes n’est qu’un slogan vide de contenu et dénué de sens n’est autre que le traitement que Jean Marc Kabund a subi au sein de l’UDPS. Je rappelle que beaucoup de Congolais se sont adonnés à la cause de l’UDPS jusqu ’au sacrifice suprême dont Kabund. Quand ce parti gisait dans l’Opposition, il était défini comme un parti de masse ou un parti de tout le monde. A la grande surprise du commun de mortel, L’UDPS est devenue le propre d’une oligarchie ; notamment, la famille biologique d’Etienne Tshisekedi maintenant qu’elle a accède au pouvoir. En tant qu’initiateur de l’Etat de Droit en RDC, en quoi Jean Marc Kabund avait-il tort en rappelant à l’ordre un élément de la garde républicaine indiscipliné et sans aucune considération du code routier de la RDC ? Quelle est cette législation en RDC qui te permet en tant que Chef de l’Etat d’instruire les éléments de la garde républicaine à vandaliser la résidence de Jean Marc Kabund en guise de vengeance ? Je te rappelle que tu peux t’accommode de toutes les manières possibles aux desiderata des adversaires de la RDC ; cependant, tu ne jouiras pas de la même grâce une fois en dehors du pouvoir. Mobutu a servi aveuglement les mêmes personnes dont tu prétends être l’enfant chéri. Comment a-t-il fini ? Ton compatriote, Zacharie Bilenge Mwadi Wanyama

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici