Ecoutez cet article

La question orale du sénateur Denis Kambayi à la ministre de la culture, arts et patrimoine, Catherine Kathungu Furaha, a trouvé sa réponse le lundi 11 avril 2022 à la chambre haute du parlement.

Dans son document, cet élu des élus voulait en savoir plus sur les démarches menées par cette ministre par rapport à l’embargo des « Combattants » contre les productions des musiciens congolais à l’étranger, surtout en Europe.

En réaction, la ministre a notamment fustigé le relâchement des autorités européennes par rapport à ce phénomène.

« Il y a près de 10 ans, ces pays (européens, ndlr) ne voulaient plus de séjours des combattants qui se comportaient en hors-la-loi, comme si en Europe tout leur était permis au nom d’une liberté et d’un certain droit de l’homme. Actuellement, il s’observe un relâchement dans l’application de telles mesures. S’en prendre à la culture doit continuer à être sanctionné et les personnes qui s’en rendent coupables doivent être…tenues pour pénalement responsables de dommages… Le recours à la violence contre des innocents musiciens qui ne font que leur travail…doit être condamné. La Force doit rester à la loi sans elle, il sera difficile de vivre en société », a-t-elle dit.

Après son exposé, il s’en est suivi plusieurs observations et questions supplémentaires des sénateurs à l’intention de ce membre du gouvernement Sama Lukonde.

Tout en remerciant de vive voix Denis Kambayi, la ministre de la culture, arts et patrimoines a sollicité et obtenu du bureau de la haute chambre du parlement le délai requis pour revenir avec des réponses aux nombreuses autres préoccupations soulevées par les sénateurs.

Africa 24 sur 24

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici