L’ombre du patron de la Gécamines Albert Yuma Mulimbi a plané ce mercredi 15 janvier à Kolwezi pendant toute la cérémonie d’inauguration de l’usine ultramoderne de raffinage de cuivre et cobalt de la société minière Deziwa SAS (Somidez), une JV entre Gécamines (49%) et CNMC (51%).

En effet, le projet Deziwa est le projet phare du président du conseil d’administration de la Gécamines. ”Il y a mit toute son énergie et tout son talent, c’est son joyau”; confie à 7SUR7.CD l’un de ses proches, dépité par son absence.
”Son absence est un coup dur pour nous”, regrette-t-il.

Officiellement aucune raison n’a été avancée sur l’absence de Yuma à cette cérémonie solennelle de lancement de la production commerciale de Somidez, qui au bout de 10 ans sera détenue à 100% par Gécamines, se félicite Yuma dans le discours qu’il avait prévu de prononcer. Il ajoute que Gécamines aura encore près de 9 ans de production en propre après la fin du contrat avec CNMC.
Le PCA de GCM estime que Somidez c’est la début de la renaissance de Gécamines comme producteur de premier rang du cuivre et du cobalt. La Gécamines ne sera plus simplement une société de gestion des partenariats, comme le voulait la communauté internationale, d’après Yuma.

Sur les raisons de son l’absence et de tout le staff dirigeant de l’opérateur public minier, selon plusieurs sources, notamment judiciaires, il s’agit de l’affaire 200 millions € dans son volet pénal.
Les dirigeants de la Gécamines sont à la disposition du parquet général depuis un mois. L’instruction se poursuit. La direction générale de migration avait été instruite pour restreinte les droits d’aller et venir librement du staff dirigeant de la Gécamines.

Si la certitude de la créance de 128 millions € tirée sur une ligne de crédit de 200 millions € de Ventora à Gécamines en 2018, ne fait aucun doute ; des ONGs ont soulevé plusieurs questions sur l’utilisation de cette importante somme. La Gécamines pour sa défense a dit que la majorité de cette somme avait été prise par l’État propriétaire. Elle a brandi une lettre de titrisation du ministre des finances de l’époque qui reconnaît des avances fiscales de Gécamines représentant 90% de ce prêt.

Sur cette affaire, le président de la République avait dit que la justice fasse toute la lumière.

Dans son volet civil, l’affaire 200 millions € est devant la cour d’appel du Haut-Katanga. Ventora veut se faire rembourser par Gécamines car le prêt devrait être restitué après 6 mois.
Gecamines oppose une fin de non recevoir à Ventora arguant qu’un tel paiement mettrait en danger le système financier national à cause des sanctions américaines qui frappent le patron de Ventora (Dan Gertler).

À noter que c’est aussi grâce à Dan Gertler que Somidez a vu le jour. Pour que Gécamines racheta les actions de Platin dans le projet Deziwa dont ill détenait 68% et devienne propriétaire unique de cette mine, il eut fallu un prêt de 200 millions de Fleurette Groupe.

G.M.M.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici