Ensemble pour le Changement affirme que le communiqué de Lamuka sur les évènements du 30 juin n’a pas été validé ni signé par les leaders de Lamuka.

« Le dernier communiqué de Lamuka a été publié avant la validation de tous les signataires. Cette erreur – volontaire ou pas – est contraire au règlement de la coalition. Les leaders déplorent et condamnent les événements d’hier mais n’ont pas signé cette déclaration », dit la plateforme dirigée par Moise Katumbi.

“Il est totalement anormal qu’une déclaration Lamuka soit publiée sans l’aval des leaders et sans porter la signature d’aucun d’entre eux ! Mais au-delà de cette considération, la répression sanglante d’hier et les barbaries policières portent elles une signature bien connue “, a pour sa part ajouté Olivier Kamitatu, directeur de cabinet de Moise Katumbi.

Dans ce communiqué, la coalition Lamuka avait dénoncé la répression de sa marche « pacifique » par la Police Nationale Congolaise dont le bilan fait état d’un mort à Goma (Nord-Kivu) et plusieurs blessés à Kinshasa. Le document s’attaquait tant à la Police qu’à Félix Tshisekedi.

Plusieurs sources font état des frictions entre certains dirigeants de cette plateforme notamment en ce qui concerne le positionnement stratégique vis-à-vis du nouveau pouvoir.

VOICI L’INTEGRALITE DU COMMUNIQUE

Le peuple congolais s’est mobilisé ce 30 juin 2019 pour marcher dans plusieurs villes du pays afin de protester contre la corruption, les antivaleurs, les invalidations des députés et exiger le respect de sa volonté exprimée lors des élections du 30 décembre 2018.

Nous félicitons les congolais pour cette mobilisation, preuve de leur détermination pour un changement réel et véritable en RDC.

Nous dénonçons et condamnons la barbarie qui a caractérisé la répression de ces marches par la police qui s’est déployée en masse, partout, dès les premières heures du matin, pour empêcher la tenue de cette activité pacifique en utilisant des tirs à balles réelles, des gaz lacrymogènes et des bâtons;

Contrairement au communiqué mensonger de la police, le bilan de cette répression est d’une personne morte, atteinte par balle, de plusieurs blessés graves et d’arrestations arbitraires.

Nous déplorons cette mort inutile, des blessés graves, des bastonnades et des traitements inhumains imposés à certains concitoyens sortis pacifiquement pour revendiquer leurs droits constitutionnellement garantis.

Lamuka présente ses condoléances à la famille de la victime et exige la libération sans condition des personnes arbitrairement arrêtées; y compris Monsieur Joël ITUKA que la police est en train de torturer actuellement à Kinshasa.

Le peuple congolais a certainement constaté la contradiction entre les déclarations sur RFI/France 24 de Monsieur Félix TSHILOMBO et le comportement répressif de la police.

Nous remercions tous ceux qui ont apporté leur assistance aux victimes de cette répression et demandons à toutes les organisations de défense des droits de l’homme ainsi qu’à la MONUSCO de constater les graves violations des droits de l’homme commises par le tandem Kabila/Tshisekedi.

Nous annonçons que, dans les jours qui viennent, nous donnerons le calendrier d’autres manifestations pacifiques à organiser sur l’ensemble du territoire national.

Actualite.cd

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici