“Le niveau des stocks que nous avons peut couvrir tous les besoins jusqu’au mois de mai. Jusque-là, la hausse des prix que nous constatons sur les marchés n’est pas justifiée”, déclare le vice-ministre de l’Économie.

Désormais “ce n’est plus une question du seul ministère de l’économie national. Nous sommes entrain de nous réunir avec le Premier ministre qui conduit lui-même désormais une Commission constituée de plusieurs ministères, de la Fédération des entreprises du Congo pour essayer de trouver la solution à cette question, la population doit s’apaiser”, prévient sur TOP CONGO FM, Didier Okito.

Renforcement des contrôles économiques

Pour palier à cette spéculation, “nous allons renforcer les contrôles même si ça crée une inquiétude chez des opérateurs économiques”.

LIRE AUSSI: RDC : Congo Airways renforce les mesures de prévention pour éviter la propagation du coronavirus

Le vice ministre annonce que “le contrôle que nous avons diligenté, ce n’est pas un contrôle de tracasseries mais un contrôle qui va nous permettre de réguler les prix des biens de première nécessité, dans la période critique où nous demandons la solidarité”.

En augmentation, depuis les festivités de fin d’année, les prix des biens de consommation avaient connu une relative baisse courant février avant de repartir à la hausse ces derniers jours à la suite de la “fièvre acheteuse” qui s’est emparée des Kinois à la suite de l’apparition du covid-19.

Éric Lukoki

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici